07 décembre 2013

L'Italie, passionnément...

L'Italie aime le vin. Ou en tout cas, elle fait tout pour le mettre en scène, de même que sa gastronomie.

D'abord, il y a les wine bars des gares et des aéroports (à Milan, à Rome, à Naples), qui permettent aux locaux comme aux touristes étrangers de se sentir dans l'ambiance de "l'autre pays du vin" dès qu'ils posent le pied dans la Botte. Ou de se jeter un dernier godet de Soave, de Frascati, d'Amarone ou de Brunello avant d'aborder d'autres cieux parfois moins propices à Bacchus.

 

IMG_3113.jpg

Et puis il y a Alitalia. Ouvrons la dernière édition de la revue Ulisse, distribuée gratuitement dans tous les avions de la compagnie:  on y trouve un quart de page sur les vins proposés à bord - ils changent chaque mois. Il y en avait six en classe économique. La sélection, précisait-on dans la brochure, est faite avec le concours de l'Association des Sommeliers de Rome.
Par ailleurs, un encadré était réservé à un focus sur une région gourmande, au travers d'une recette - cette fois, c'était la Basilicate.
Détrompez moi si je suis ne suis plus à la page, cela fait un bout de temps que je n'ai pas volé sur Air France, mais je ne me rappelle pas avoir eu à choisir entre six vins sur mon dernier vol en économique.
Dernière petite chose: en entrant dans l'avion, nous étions accueillis par un air d'opéra italien.

IMG_3307.jpg

Fier de montrer le meilleur de l'Italie... Passionnément


Là encore, la comparaison avec Air France me consterne. Quand y avez-vous entendu de la chanson française, ces derniers temps?
Le vin, la musique, l'art de vivre. C'est avec des choses de ce genre, petites ou grandes, des symboles, que l'on porte l'image d'un pays. Que l'on renforce aussi l'idée que les étrangers se font de nous.

00:39 Écrit par Hervé Lalau dans France, Italie | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Commentaires

Tu es injuste, Hervé


D’abord, tu sais qu’il y a de nombreuses tentatives de rapprochement entre Air France et Alitalia : ne casse pas la barraque. Ensuite, Air France, c’est aussi KLM. Si mes voisins d’Outre-Moerdijk étaient gastronomes et/ou intéressés par le pinard, cela se saurait. Enfin, l’opéra italien ne peut se comparer à la « chanson française ». Tu ne peux mettre sur le même pied Verdi et Aznavouri, Doc Gyneci ou Zazi !
A l’inverse, il est impensable que l’association des sommeliers français se mette d’accord sur une sélection de vins mensuelle : la sopexa et d’autres instances s’y opposeraient. En Italie, c’est : 3 vins du sud (avec l’aval de la Società onorata) et 3 vins du nord (appuyés par la Lega Nord) et personne ne discute.
Ah, les clichés !

Écrit par : Luc Charlier | 07 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

C'est toi qui est injuste avec la KLM; je me rappelle d'un vol Amsterdam-Cape Town assez bien arrosé - et puis, de la place pour mes trop longues jambes!
Mais bon, tu as raison sur un point: les clichés ont la vie dure, rien n'est tout beau ou tout noir. N'empêche, pour les wine bars, c'est un fait, Frescobaldi et consorts ont mis le paquet, et je trouve ça plutôt normal dans un pays de vin. Alors qu'en France, comme le faisait encore remarquer David sur les 5 du Vin il y a quelque temps, si tu veux boire un bon coup entre Paris et Londres, mieux vaut attendre Londres...

Bon alors, et ce millésime 2013? Tu nous fait un topo pour IVV, dis, plutôt que de bailler aux Corneillas? Il paraît que c'est bon en Languedoc. Et chez toi?

Écrit par : Hervé LALAU | 07 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.