05 décembre 2013

Une campagne qui décoiffe la critique vineuse

Dans sa dernière campagne, la cave néo-zélandaise Invivo se moque gentiment des commentaires de vin tels que nous les connaissons aujourd'hui - plein de noms d'arômes et de comparaisons plus ou moins faciles à comprendre.

Ses quatre visuels sont amusants, ses slogans, qui s'inspirent de mentions que l'on trouve fréquemment dans les notes de vins, que ce soit dans les guides ou dans les magazines de vin, font mouche.

Invivo_Billboards-_419.jpg

Je n'essaierai pas de nier: oui, je fais partie de ces auteurs qui parlent de groseille à maquereau, de bouquet floral et même d'herbe coupée, à l'occasion.

Est-ce que j'indispose mon lecteur avec ce type de vocabulaire? Et si oui, lequel devrais-je adopter?

Que propose Invivo pour mettre à la place? Juste la photo d'une étiquette? Un slogan? Une mention du type "Un vin qui a le goût de vin" me semble un peu creuse. Je suis d'accord pour éviter l'alambiqué, mais pas pour tomber dans la platitude!

Invino a sans doute raison sur un point: les commentaires de vin passent souvent largement au dessus de la tête du consommateurs lambda. Mais le consommateur lambda lit-il des commentaires de vin, ou achète-il d'abord un prix, une marque, un cépage, une habitude?

Peut-être ne nous adressons nous tout simplement pas au même consommateur?

Je pense donc que je vais continuer à décrire le vin à ma façon. Et Invino continuera à vendre le sien à sa façon.

Il faut de tout pour faire un monde du vin.

00:12 Écrit par Hervé Lalau dans Nouvelle-Zélande, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.