10 décembre 2013

Au pied du Vésuve (1): Sorrentino

L'Azienda Vinicola Sorrentino est un domaine familial de 30 ha situé sur le versant Sud du Vésuve, sur la commune de Boscotrecase, qui abrite les fameuses ruines de la Villa Popée. Ici, le vin et l'histoire sont intimement mêlés.

Vue imprenable sur le golfe de Naples et la plaine de Pompei, d'un côté; sur le volcan, de l'autre.

L1060844.JPG

Devant, les pergolas, derrière, le Vésuve... (Photo H. Lalau)

Ce domaine est un mélange assez original de tradition (on est ici dans le fief du Lacryma Christi et de la pergola) et d'expérimentation - en matière de taille, notamment. Et plus généralement, sur l'agriculture biologique. Ou encore, les étiquettes, l'articulation de la gamme. La nouvelle génération ne manque pas de bonnes idées. Benny Sorrentino, l'oenologue de la maison, incarne ce nouveau souffle. Il suffit de la suivre, au pas de charge, dans ses vignes, pour comprendre l'énergie... volcanique qui s'en dégage.

Côté sols, dois-je vous rappeler qu'on marche ici dans la cendre et la pierre ponce?

Voyons comment cela se traduit dans le verre.

L1060839 (original).JPG

Benny Sorrentino (Photo H. Lalau)

Falanghina Versacrum 2012

Très belle falanghina, plutôt complexe; au nez, de la poire, de l'ananas et des fleurs blanches; en bouche, un côté beurré, du gras, de la longueur et beaucoup de vivacité. Une touche d'amertume sympa en finale. 14/20

Catalò 2012

Joliment muscaté au nez, ce vin est tiré d'un cépage qui viendrait d'Espagne (la Catalanesca); ici, il présente une matière assez riche, beaucoup de glycérol et un début d'évolution, plutôt sympathique. En finale, quelques notes de camomille. 13,5/20

Lacryma Christi Vina Lapillo 2007

Quel vin! Au nez, du sucre candi, des notes pétrolées, du myrte, du romarin, un côté curry, aussi, qui fait penser à un vin jaune; la bouche est à la fois fraîche et saline, et l'on termine sur quelques amandes grillées. Coda di Volpe et 10% de Falanghina (clone local). 16/20

Prodivi Lapillo Rosato 2012

80% Piedirosso, 20% Aglianico. Joli nez de pêche de vigne et zeste d'orange; en bouche, de la frangipane, c'est à la fois souple et bien droit, avec une pointe d'amertume en finale. 14/20

Prodivi Vina Lapillo 2012

80% Piedirosso, 20% Aglianico, single vineyard. Le genre de vin qui mérite plus qu'un coup de nez. Au premier abord c'est riche, presque compoté, la prune, le pruneau, la confiture de cerise semblent vouloir nous emportés vers des rivages un peu émollients. Oui mais voila, dès le deuxième rabord, l'épice, superbe, tonifie tout ça - anis, fenouil, thym, tout pousse dans la cendre.

La bouche est étonnamment vive, elle balance sur un fil tendu entre souplesse du fuit et salinité du minéral. Bon sans, mais s'il est un endroit où le mot "minéralité" a un sens, c'est sans doute sur un volcan! 16/20

IMG_3250.JPG

Entre les deux, mon coeur balance (Photo H. Lalau)


Prodivi Frupa Piedirosso 2011
Un seul cépage, ici: le Piedirosso. Le fruité est exubérant (confiture de fraise, presque yaourt), avec là encore pas mal d'épice (le poivre gris, surtout) pour secouer tout ça. Ce vin parait plus suave, plus souple que le précédent. Plus moderne aussi - question de tannins, peut-être. J'ai essayé à deux reprises de le départager d'avec le précédent, dans les deux sens. Impossible. Ce serait un peu comme dire lequel de ses enfants on aime le plus. 16/20

Fior di Ginestre Pompeiano Passito 2009
Coda di Volpe et Catalanesca. Un nez d'orange et de raisin sec, des notes de Grand Marnier; la bouche elle, évoque le pain d'épices, la cannelle. c'est long, très long, ample, très ample. 15/20

La dégustation terminée, je me suis attablé dans la cave, devant quelques plats bien roboratifs de la cuisine locale, préparés par la Mamma - c'est drôle comme ici les tomates ont un autre goût, et la mozzarella di Buffala aussi...

Un bien beau moment dans la vie d'un dégustateur, merci les Sorrentino!

00:07 Écrit par Hervé Lalau dans Italie | Tags : italie, campanie, sorrentino, lacryma christi | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Commentaires

Qu'en est-il de la pollution ? en faisant le tour du Vésuve j'ai pu voir des routes de campagne bordées de décharges d'ordure sur plusieurs kilomètres.
Merci pour vos pages

Écrit par : Aredius | 16 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

Hélas, c'est toujours catastrophique! Pas dans les vignes (beaucoup de propriétés sont grillagée), mais sur les bords des routes, comme vous l'avez vu.
Je suppose que c'est la conséquence indirecte du vieux conflit avec les éboueurs de Naples.

Merci de votre intérêt.

Écrit par : Hervé LALAU | 16 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.