01 décembre 2013

James Suckling fidèle à lui même... et aux Supertoscans

On peut tout dire de James Suckling et de ses goûts en matière de vins (notamment de vins italiens), mais on doit tout de même lui reconnaître une certaine suite dans les idées. Voire de la fidélité.

Ce n'est pas parce que l'ancien "Monsieur Europe" du Wine Spectator vole maintenant de ses propres ailes qu'il se détourne des Supertoscans; ce n'est pas parce qu'il a quitté le Big Band de Ravi Shanken qu'il oublie ses "vieux amis", comme nous l'explique Franco Ziliani.

En témoigne son dernier Top 10 de l'année, où l'on trouve, en N°1, le Solaia 2010, des Marchesi Antinori, puis en N°4, le Tignanello 2010 du même Antinori.

On y trouve aussi quelques petits domaines qui montent (c'est le côté "explorateur" du grand James): en N°6, Castello Banfi, pour son Brunello di Montalcino Poggio alle Mura Riserva 2007 et en N°10, le Luce 2010 de Luce della Vite (Frescobaldi).

Bon, on y trouve aussi Argiolas (une petite infidélité sarde à la Toscane). Mais toutes proportions gardées, c'est un peu comme si Michel Bettane sortait un Top 10 des vins de France où figurerait Valandraud, La Mondotte, Le Pin et Pavie, et pour faire genre, Daumas Gassac.

13:13 Écrit par Hervé Lalau dans Italie, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.