20 novembre 2013

Où l'on parle de l'amplitude thermique journalière

Les vignerons, et surtout t les scientifiques qui s'intéressent à la viticulture, parlent souvent de l'amplitude thermique entre jour et nuit. En clair, l'écart entre les températures les plus chaudes de la journée et les plus froides de la nuit.

A titre d'info, et bien qu'il ne s'agisse pas à proprement parler d'une zone viticole, le record d'amplitude thermique a été observé dans le Montana: il est de 49° (maximum +57, minimum +8). dans la même période de 24 heures.

En quoi cette amplitude peut-elle avoir un effet intéressant sur la vigne?

Il semble que la production d'acide et de sucres dans le raisin soit stimulée pendant la période chaude de la journée, et que l'acidité naturelle soit préservée pendant la période fraîche. On obtient donc des raisins plus aromatiques.


Si vous pouvez m'en dire plus, ça m'intéresse...

00:41 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Commentaires

A mon sens une plus grande amplitude jour-nuit doit probablement accélérer la transformation de la sève brute ascendante (eau et éléments du sol) en sève élaborée descendante (sucre et énergie après photosynthèse).

C'est un peu comme lors de la récolte de la sève de bouleau (et d'érable?), lors des journées à grande amplitude thermique. On en récolte des seaux.

Est-ce que ces régions sont connues pour obtenir des raisins arrivant plus vite à maturité ?

Écrit par : bert126 | 20 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.