10 novembre 2013

Le souffle du Moulin à Vent de Richard Rottiers

Il y a les vins sans soufre, et les vins sans souffle. Celui que je vous présente aujourd'hui ne fait partie d'aucune des deux catégories.

C'est un Moulin à Vent, déjà. Mais surtout, souffle sur lui l'esprit... d'un vrai créateur!

Passé par Chablis, Gaillac, la Provence, la Nouvelle Zélande et l’Afrique du Sud, Richard Rottiers a posé ses valises à Romanèche-Thorins pour les beaux yeux de sa compagne Corinne ; il y a fait souche en reprenant un petit domaine de 3,15 ha. Innovateur dans l’âme, il aime à expérimenter ce qu’il a appris ailleurs, surtout en ce qui concerne la préservation de l’environnement…

IMG_2200.jpgHeureusement pour lui et pour nous, Richard Rottiers n'a pas rendu son dernier souffle... (Photo H. Lalau)

Richard Rottiers Moulin à Vent Dernier Souffle 2011

Rien de lugubre dans ce vin, même si la parcelle se trouve derrière le cimetière de Romanèche-Thorins. Terroir de granit, bien sûr… Son nom fait à la fois référence au lieu, et au vent (du Moulin). 

Beaux fruits rouges et noix (questche, griottines, noyau de cerise) et violette au nez; en bouche, beaucoup de fraîcheur et surtout, un grain étonnant en finale - quand salinité rime avec sapidité.


08:16 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais, France | Tags : moulin à vent, rottiers | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Commentaires

Richard Rottiers fait partie de ces jeunes vignerons très qualitatifs qui ont décidé de s'installer en Beaujolais et qui oeuvrent au renouveau du vignoble. Il faut rappeller que pour de grands terroirs en AOC, le Beaujolais permet à de jeunes vignerons de s'installer et de devenir propriétaires à des coûts très compétitifs, ce qui est pratiquement impossible dans de nombreux autres vignobles. Les bourguignons ne s'y sont pas trompés et continuent d'investir en Beaujolais dont l'image s'améliore d'année en année.

Écrit par : Jean Bourjade | 11 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Oui, Jean, ça vaut la peine de le signaler.

Écrit par : Hervé Lalau | 11 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.