20 octobre 2013

Antao Vaz

Ce qui est amusant dans le vin, c'est que ce qui est exotique pour certains est banal pour d'autres. Prenez l'Antão Vaz. C'est un cépage blanc aussi courant au Sud du Portugal que le Chardonnay l'est en Bourgogne, et pourtant, je gage que la plupart d'entre vous n'en ont jamais entendu parlé.

C'est dommage pour lui et pour vous, car il possède en général une belle aromatique (agrumes et fleurs blanches), doublée d'une acidité assez appréciable pour une région aussi ensoleillée.
C'est le genre de chose qui vous fait apprécier que les Portugais, contrairement à d'autres, aient conservé énormément de leurs variétés locales.
La preuve par l'exemple, avec le Paço do Conde 2012 (qui contient également 20% d'arinto).

Nous sommes à Baleizão, près de Beja, sur les bords du rio Guadiana. Cette cuvée est issue d'une sélection des meilleures parcelles de blanc (5 ha au total, sur argiles et schistes). Vinification: tout en inox.

Le nez est explosif - citron jaune, poire, pêche de vigne. La bouche est sans fioriture, "sharp", comme disent les Anglais. Tranchante comme un rayon de soleil qui passe au travers des persiennes. Retour des agrumes en finale, en plus délicat. Un peu de sel. De mordant, on passe à gourmand sans même s'en apercevoir. L'alcool ne domine pas (13,5° au compteur).

Le prix? Très démocratique. Comme toute la gamme, que j'avais déjà eu le plaisir de vous commenter ICI lors de mon passage sur place.

2013031110450269.jpg

Plus d'info: Paço do Conde

00:25 Écrit par Hervé Lalau dans Portugal | Tags : antão vaz, portugal, cépage, vin, vigne | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.