13 octobre 2013

Le swing de Marcillac

A ceux qui, quand on dit "mar-ci-ac", pensent au jazz, voici une autre version, avec deux L et un accent du Rouergue...

Cette appellation aveyronnaise - la plus continentale de toutes les AOC du Sud-Ouest - est plutôt modeste, en étendue (250 ha), comme en notoriété - ce qui est sans doute la conséquence de son éloignement des grands centres.

Elle mériterait mieux, car elle allie personnalité et séduction. D'une femme, on dit parfois qu'elle a du chien. Ce vin de chez Lionel Osmin, aussi...

photo.JPG

Jazz à Marcillac

 

Ce Marcillac, c'est du "Fer au carré": le fer du sol et le fer servadou; l'autre petit nom du cépage mansois, alias pinenc, alias braucol, alias soumanès... bref, un cousin du cabernet, sans doute originaire du pays basque.

Très joli fruit (piquillo, pyrazine) au nez, tannins suaves en bouche . Le fer n'a pas peut-être pas la concentration d'un malbec, mais quelle belle fraîcheur! Epices, menthol. Sa gourmandise évoque un Beaujolais ou un Saumur-Champigny. Mais ne vous y fiez pas, il est taillé pour la garde (si vous avez le courage d'attendre!). D'ailleurs, servadou veut dire "qui se garde bien". Bref, un coup de coeur absolu. 16/20

Olivier Poussier le propose sur des pieds de porc agrémentés d'une feuille de menthe et d'estragon. J'approuve la démarche et je renchérit: ce vin aime la cochonnaille, je le vois très bien sûr un jambon persillé. Servir assez frais, si vous voulez bien.



00:22 Écrit par Hervé Lalau dans France, Sud-Ouest | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Commentaires

On devient gourmand Monsieur Hervé?

Écrit par : Marc Vanhellemont | 13 octobre 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.