19 août 2013

Je blogue donc je suis

Alors comme ça, les blogueurs de vin se prendraient tous pour Pirandello, Kipling, Proust ou Schiller?

C'est en tout cas ce que prétend un petit vigneron des PO, que je ne nommerai pas, car ce n'est pas à moi, sur ce blog de qualité, de faire la publicité d'un type qui gagne - petitement- sa vie avec ses mains. Le lion ne s'associe pas avec le cafard, comme disait le philosophe Gérard Darmon.

220px-Luigi_Pirandello_1932.jpg

Moi en plus vieux

D'abord, son affirmation est incomplète. En ce qui me concerne, je ne me prends pas alternativement pour l'un ou l'autre de ces auteurs. Je suis à la fois Pirandello, Kipling, Proust et Schiller.

Schiller, pour mes qualités poétiques. Ich liebe dich, kleine Schnepfe, wie ein Apfelstrudel.

Kipling, pour la concision de mes phrases.

Proust, pour la longueur de mes phrases.

Pirandello, pour ma dramaturgie. Ma pièce "Six types de bouchage en quête d'odeurs" sera bientôt représentée au festival du liège et des arts premiers d'Evora (Alentejo).

Je ne m'abaisserai pas à dialoguer avec un producteur. Nous ne sommes pas du même monde. Il produit. Je commente.

Je me bornerai à citer le regretté Gary Descartes: "Je blogue, donc je suis".

09:52 Écrit par Hervé Lalau dans Pour rire | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Commentaires

Découvrez le destinataire


Sauf que le commentaire princeps était une réponse à un autre commentateur, Gosselin, qui glosait sur la nature de ses billets en tant que critique. Mais tout reste valable, et ta réponse aussi, Hervé.
Attention: volontairement abscons!

Tiens, il paraît que Loanna a un blog.

Écrit par : Luc Charlier | 19 août 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.