18 août 2013

Le Négociant Mystère

J'ai dégusté voici quelques jours un Pouilly-Fuissé "La Combe" assez plaisant. Aromatique (pomme, acacia...), bien gras, assez vif, sans peur ni reproches. J'avais envie de vous en parler. Bien sûr, j'aurais voulu en savoir un peu plus sur son élaborateur, le Négociant-Eleveur Philippe de Bois d'Arnault.

IMG_2843.jpg

Photo H. Lalau

Il s'avère qu'il est totalement inconnu au bataillon.

Malgré une bonne demie-heure de recherches, je n'ai trouvé ni son adresse ni son numéro de téléphone.

Il ne figure même pas dans la liste des négociants bourguignons dressée par le Comité Interprofessionnel des Vins de Bourgogne sur son site

Et à part Béjot, je n'en connais aucun d'important à Meursault.

A quoi peut bien rimer une telle discrétion?

Si j'en crois la fée internet, certains de ses vins (Mercurey, Bourgogne...) sont diffusés chez Lidl.

Serait-ce encore une marque de distributeur, un pavillon de complaisance adopté par le producteur pour éviter qu'on sache qu'il se commet avec le hard discount?

Au delà de mon cas, le consommateur n'a-t-il pas le droit de connaître les coordonnées exactes du producteur? Ne serait-ce qu'en cas de problème?

Que dit la réglementation?

00:11 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Bourgogne, France | Tags : bois d'arnaut | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |

Commentaires

La réglementation n'a pas l'air trop causante... Et c'est bien dommage... Apparemment moins on en sait, mieux sait...

Écrit par : Isabelle Perraud | 22 août 2013

Répondre à ce commentaire

Directive 2000/13/CE du Parlement européen et du Conseil du 20 mars 2000 relative au rapprochement des législations des États membres concernant l'étiquetage et la présentation des denrées alimentaires ainsi que la publicité faite à leur égard.
Article 3
1. L'étiquetage des denrées alimentaires comporte, (…), les seules mentions obligatoires suivantes :
(…)
7) le nom ou la raison sociale et l'adresse du fabricant ou du conditionneur, ou d'un vendeur établi à l'intérieur de la Communauté.

Règlement n° 1234/2007 modifié portant organisation commune des marchés dans le secteur agricole.
Article 118 sexvicies
1. L’étiquetage et la présentation [des produits viticoles] comportent les indications obligatoires suivantes :
(…)
e) l’identité de l’embouteilleur.

Écrit par : Norbert | 22 août 2013

Merci pour votre commentaire,pertinent, comme d'habitude, Norbert.
Pour l'adresse, un nom de ville suffit-il, selon vous?

Écrit par : Hervé Lalau | 22 août 2013

Répondre à ce commentaire

Les textes ne précisent pas ce qu'il faut entendre par "adresse".
En droit français, dans le cadre défini depuis longtemps par le "Décret du 19 août 1921 portant règlement d'administration publique pour l'application de la loi du 1er août 1905 sur la répression des fraudes dans la vente des marchandises et des falsifications des denrées alimentaires et des produits agricoles, en ce qui concerne les vins, les vins mousseux et les eaux-de-vie", on se contente des mentions "propriétaire à" ou "négociant à", suivi dans certains cas du nom du département.
Ceci étant, l'objectif fondamental de la réglementation, rappelé par la directive de 2000, étant l'information et la protection du consommateur, ce type de présentation ne serait suffisant que si le consommateur peut effectivement contacter le responsable du produit qu'il achète.
Un test serait d'écrire à M. Philippe de Bois d'Arnault, Eleveur-Négociant à Meursault (Côte d'Or) et de voir si la lettre arrive bien.
Mais je crois que ce sera plutôt un problème d'identité que d'adresse...

Écrit par : Norbert | 22 août 2013

j'ai acheté une bouteille de nuit st georges "les versant" j'en suis encore a me demander quel liquide rouge était dans cette bouteille amateur de ce vin je ne l'ai pas reconnu dans le breuvage qui m'a été vendu pas de sitôt que je me retournerai vers ce type de négociant ce n'est vraiment pas faire honneur a ce si agréable vin

Écrit par : catteau | 06 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.