29 juin 2013

Signé Balzac

Digne fils de la Touraine, Balzac aime à décrire les vins, la vie vigneronne, les agapes, aussi. Comme ici, dans la "Peau de Chagrin"...

balzac.jpg

Honoré de Balzac

«Chacun mangea en parlant, parla en mangeant, but sans prendre garde à l'affluence des liquides, tant ils étaient lampants et parfumés, tant l'exemple fut contagieux.

Taillefer se piqua d'animer ses convives, et fit avancer les terribles vins du Rhône, le chaud Tokay, le vieux Roussillon capiteux.

Déchaînés comme les chevaux d'une malle-poste qui part d'un relais, ces hommes fouettés par les flammèches du vin de Champagne impatiemment attendu, mais abondamment versé, laissèrent alors galoper leur esprit dans le vide de ces raisonnements que personne n'écoute, se mirent à raconter ces histoires qui n'ont pas d'auditeur, recommencèrent cent fois ces interpellations qui restent sans réponse.»

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans Gastronomie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.