06 juin 2013

Passe ton Bac d'abord!

A tous les élèves qui préparent leur baccalauréat - ou tout autre examen, et aux étudiants qui planchent sur des épreuves encore plus ardues, je dédie ces quelques extraits de copies du bac 2012. Attention, ce ne sont pas des inventions, mais de vaies phrases extraites de vraies copies...

«Au Japon, le manque de place oblige les autorités à construire des aéroports sous-marins.»

«On constate que tous dans la société ne travaillent pas pour être utiles. Certains travaillent aussi pour leur plaisir. Les prostituées par exemple joignent l’utile à l’agréable…»

«Les végétaux fixent l’oxygène sur leur feuille grâce aux globules verts.»

«Une fois mort, Kennedy ne pouvait plus y faire grand-chose.»

J'aime aussi beaucoup celle-ci, mais je suis encore en phase de décryptage: «L’inégalité du recul des élèves est aidé mais malgré cette aide pour réussir l’inégalité au vu des autres voyant des élèves aidés est-elle perçue? ou injuste?»

Quant à celle-ci, je lui décerne les palmes académiques pour faits de poésie (même involontaire): «La guerre froide laisse encore des frissons aujourd’hui.»

Alors, chères têtes blondes (ou brunes), pas d'alarme! De toutes façons, en 2009, 88,9% des candidats au bac général ont décroché leur diplôme.

En 1980, "mon année", nous n'étions que 18,6%... On arrête pas le progrès!

 

00:17 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |

Commentaires

Purée !!!

"En 1980, "mon année", nous n'étions que 18,6%... "

C'était pas vraiment folichon cette classe d'âge !

Dans mon collège, année 64, réussite à 100 % : une autre gueule, non ?
:-)

Écrit par : mauss | 06 juin 2013

Répondre à ce commentaire

J’adore les « globules verts ».
Note que ce n’est pas idiot : la chlorophylle et l’hémoglobine, respectivement les pigments principaux des chloroplastes et du sang, qui leur donnent d’ailleurs leur couleur - car ce sont les longeurs d’onde les moins absorbées par ces substances, et donc les plus réfléchies, par force – possèdent une structure chimique très semblable. Il s’agit d’un atome d’aluminium pour la chloro, de fer pour l’hémo, entourés d’un tétrapyrrol (noyau porphine) et dont les liaisons à 4 atomes d’azote sont importantes.
Bien vu par le candidat-bachelier.
Quant au bac, on sait que tu as eu le tien car tu avais copié. Cela fait encore tomber le pourcentage de réussite réelle !

Écrit par : Luc Charlier | 06 juin 2013

Répondre à ce commentaire

Oh la médisance. Non Môssieur. D'ailleurs, j'ai eu 5,5 en maths. Blocage complet depuis des années par rapport à la matière. Je ne te dis pas l'effort que j'ai dû faire pour compenser avec les autres matières, alors que si j'avais été plus malin, j'aurais tenté de limiter la casse en maths. Mais je suis comme ça, pas assez calculateur, c'est pour ça que je ne deviendrai jamais riche...

Écrit par : Hervé Lalau | 06 juin 2013

Répondre à ce commentaire

A part ça, jolie démonstration de chimie moléculaire.
Quand on pense que ce mec est vigneron à Corneilla alors qu'il pourrait être, je ne sais pas, moi, chef de service chez Bayer...

Écrit par : Hervé Lalau | 06 juin 2013

Répondre à ce commentaire

Me veulent pas chez Bayer : un de mes ancêtres est mort dans les camps en allant livrer du vin à l’officier SS commandant l’établissement. On lui avait dit : « Komm, Majou, komm !» Il a ouvert un carton de cuvée l’Eglise et cela leur a beaucoup plu, aux « Gott mit uns ». Mais alors il a montré un flacon de Cuvée Jolo et ils ont compris « Cuvée Shalom », les idiots. Il a réalisé qu’on en voulait à sa Lout’waffe et s’est enfuit à toutes jambes en criant « Godverdomme ». On lui a tiré dans le dos et on a touché son foie ! Fatal ça, chez nous. Faut pas toucher à notre foie. Depuis lors, il n’y a plus que des anthroposophistes pour être acceptés, comme à Dachau ! Weleda a bien essayé de me recruter mais ....
Chez les Yanks, cela n’a pas été mieux. Pour l’Eglise, « With God on our side », cela allait.
La Cuvée Shalom, pas de problème non plus. Mais quand ils ont compris pourquoi on m’appelait Léon, j’ai illico été interdit de séjour.
Pas simple de vendre du vin de nos jours. Mieux vaut faire la promotion de l’oenotourisme. Là au moins, les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

Écrit par : Luc Charlier | 06 juin 2013

Les commentaires sont fermés.