10 mai 2013

Up The Hill Backwards

C'est le titre d'une vieille chanson de David Bowie, et le mot vieux convient très bien au sujet, puisqu'il s'agit des sources de la dernière communication en date de Mrs Hill (Institut Roussy), publiée dans le Journal of Public Health.

Cette étude, rappellons-le, traite des méfaits de l'alcool. Elle a été abondamment relayée dans la presse, qui, pour la plupart des titres, ne s'est pas donnée la peine d'aller chercher plus loin.

Pourtant, grâce à Honneur du Vin, on en sait un peu plus sur la genèse et les principales références de cette "nouvelle" publication.

Il s'agit pour l'essentiel de la reprise d'une enquête réalisée en 1991 (22 ans déjà!), à partir de données récoltées en... 1985, et d'un article de la même infatigable Mme Hill, publiée en 2000, mais portant sur une étude achevée en 1995.

Ah, 1985! La machine à écrire avec ruban effaceur est alors ce qui se rapproche le plus de l'informatique moderne.  Pas d'emails. Pas de textos non plus: on n'a pas encore inventé le téléphone portable; mais il y a encore plein de cabines à pièces. J'ai une pensée émue pour Mme Hill, qui a dû taper son étude sur une IBM à boule, ou quelque chose du genre. Sans compter les talons qu'elle a dû user pour aller interviewer les patients.

hill,honneur au vin,statistique,vin,alcool

Retour vers le Futur, 2, Le Retour.

"Et alors?", me direz-vous.

Je vous rappelle que de ces études sont tirés des enseignements, des politiques publiques, des incitations, des mesures de taxtaion.

Or, il me revient que ces 20 dernières années, la consommation de vin n'a pas cessé de baisser (de 67 litres per capita en 1990, à 45 litres en 2008, selon l'Insee). Se baser aujourd'hui sur la photo d'un temps révolu, et jeter l'opprobre sur un produit à la consommation de plus en plus modérée, au milieu de tous les produits alcoolisés, sans distinction, je trouve ça détestable.

Et j'aimerais bien que mes éminents confrères de la grande presse le fassent savoir, plutôt que de copier-coller des communications surannées. Le hors d'âge, c'est bien pour le Cognac ou l'Armagnac, voire le Banyuls. Mais pour la statistique, j'ai comme un doute.

 

00:06 Écrit par Hervé Lalau dans France | Tags : hill, honneur au vin, statistique, vin, alcool | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Commentaires

Léon vieux con

Bien Hervé, on a les mêmes références.
Le morceau « Running up that Hill », de Kate Bush, a aussi fait l’objet d’une édition “reversed”, logiquement appelée “Running up that Hill Backwards”. http://www.youtube.com/watch?v=IgXnKfc5Oqo . On y reconnaît bizarrement la musique, qui est donc une sorte de palindrome musical. Par contre, les paroles sont inintelligibles. C’est aussi le bon David qui chantait « fast food, living nostalgia / humble pie and bitter fruit » dans le titre DJ, écrit par la sensuelle Grace Jones, je crois. Et de la nostalgie, l’Institut Gustave Roussy en déborde. C’est dans le même complexe hospitalier de Villejuif, l’Hôpital Paul Brousse, que Léon a suivi sa formation en transplantation rénale au printemps 1986 ! Je pense que le bâtiment, très vétuste, a une autre attribution maintenant. A l’époque déjà, l’intervention de mise en place du greffon avait souvent lieu à Bicêtre, situé non loin de là.
Le prof. agrégé de l’époque, Bernard Charpentier, une espèce de Maxime Leforestier devenu scientifique de haut vol, m’avait pris en amitié et m’emmenait avec lui à Roland-Garros voir les matchs (place offerte, merci mon Prince). Il est devenu LE prof. au Kremlin-Bicêtre maintenant et dirige le service de néphrologie. Nous avons repris contact et je lui ai fait parvenir quelques flacons.
Et oui, c’est ça le syndrome VC.

Écrit par : Luc Charlier | 10 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Bref, ça sent le Roussy...

Écrit par : Hervé Lalau | 10 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.