29 avril 2013

Où l'on reparle de Jérôme Cahuzac

Savez-vous qui a rédigé le texte de la Loi Evin, qui réduit, notamment, les possibilités de publicité sur le vin?

Un certain Jérôme Cahuzac.

Chirurgien spécialisé en implants capillaires, sans doute se faisait-il des cheveux, à l'époque, pour la santé des Français. Et au passage, il a trouvé là un joli tremplin pour sa carrière politique.

Car l'homme est polyvalent (sans jeu de mots): médecin de formation, il aura été membre du cabinet du ministre de la santé (rien de plus normal), mais aussi membre de la commission nationale de la défense et des forces armées, membre de la commission des finances et membre du comité de contrôle des politiques publiques. Cahuzac sait tout faire, il ne lui manquait plus que la commission de contrôle de l'évasion fiscale.

Je sais, c'est un peu facile de tirer sur une ambulance et M. Cahuzac n'est pas le seul responsable de l'ostracisme anti-vins. Mais quand même, constatons que les brillants esprits (M. Evin, M. Got) qui ont donné leur confiance à M. Cahuzac l'ont assez mal placée.

Et leur claivoyance ne s'arrête pas là: la loi Evin n'a pas empêché le binge drinking, elle n'a pas empêché l'augmentation de la consommation des alcools forts (les seuls qui ont les marques assez fortes pour se payer le matraquage publicitaire sans aucune créativité que tolère encore la loi). Par contre, elle aura certainement accentuer la baisse de la consommation de vin, produit qui, pourtant, n'était sans doute pas le pire ennemi de la santé des Français...

Les voies de l'enfer sont pavées de bonnes intentions... Les voies de la Suisse aussi, sans doute.

706.jpg

Après Mandarin, "Mandat clos", nous dit le site de l'Assemblée Nationale

13:18 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.