27 avril 2013

Et pourtant, elle fuit! (chronique dézinguée)

Si vous lisez ce blog régulièrement, vous savez que je ne suis guère favorable aux incongruités architecturales qui font de beaux paysages qui ne demandaient rien à personne les galeries à ciel ouvert de créateurs débridés. J'avoue même une certaine animosité vis à vis des nouveaux chais de Château Faugères, Cheval Blanc et La Croizille, dans le cadre d'un site classé.

Ca ne veut pas dire que je suis totalement hermétique à l'art contemporain. Certaines réalisations, en Autriche, en Afrique du Sud ou en Espagne, m'impressionnent même.

800px-Guardia_Calatrava_upategia_2006_09_15.jpg

Ysios (Photo Josu Goñi Etxabe)

Prenez le cas de la nouvelle bodega d'Ysios (Domecq/Pernod-Ricard), en Rioja. On dirait une vague. Mais il fait avouer qu'elle se fond plutôt bien dans le paysage (et puis, ce paysage là n'est pas classé). C'est d'ailleurs l'oeuvre d'un architecte connu, Santiago Calatrava, qui a également réalisé un auditorium à Ténériffe, une gare à Liège et un pont à Venise (jugé inutile par une bonne partie de la population, mais c'est une autre histoire).

Là où le bât blesse, chez Ysios, c'est que les poutres qui soutiennent la charpente ont joué. Que le toit du "monument" fuit. Ce serait gênant pour une gare ou un auditorium. Ca l'est tout autant pour une cave, qui, quoi qu'en en dise, ne fait pas de l'art pour l'art. Et à défaut de pouvoir changer l'eau en vin, un toit se doit aussi d'être fonctionnel.

Alors, Bodegas Domecq réclame 2 millions d'euros à l'architecte, dont les équipes n'ont pas pu résoudre le problème.

Le groupe veut faire reconstruire le toit, tout en lui gardant son aspect.

Moralité: l'art et la zinguerie ne font pas toujours bon ménage. Pour le premier, l'hermétisme est un défaut; pour le second, une qualité...

00:14 Écrit par Hervé Lalau dans Espagne | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Commentaires

dans ce cas, c'est plutôt l'art de la dinguerie qui serait le fautif....

Écrit par : Michel Smith | 27 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Je fuis, tu fuis, il fuit

Le nouveau théâtre de Perpignan – lui aussi jugé superflu par 95 % des gens, dont moi – a été conçu par le célèbre architecte Jean Nouvel et a coûté 44 millions d’euros (pour une petite ville de même pas 100.000 âmes !). Dès sa réception, et alors que la pluie est rarement abondante chez nous, il a pris l’eau. Le responsable du projet à la mairie a expliqué à la radio que c’est normal qu’un nouvel édifice ne soit pas étanche d’emblée !!!!! J’espère que Nouvel, et son associée Brigitte Métra, ne vont pas lancer un chantier naval.

Écrit par : Luc Charlier | 27 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.