19 avril 2013

Beaubourg à Saint Emilion

Dernièrement, vous avez eu maille à partir avec l'administration quand vous avez voulu ajouter un Velux à votre toit.

Le Château La Croizille, à Saint Laurent des Combes (AOC Saint Emilion) a eu plus de chance que vous.

Le bâtiment a été terminé en septembre, et ce n'est qu'aujourdhui qu'on s'inquiète de son aspect.

Sa salle de dégustation, qui fait saillie par rapport au reste du bâtiment (voir photo) est d'un orange vif et d'une conception audacieuse; elle serait sans doute du plus bel effet à Beaubourg ou aux Arcs, mais elle fait tache à Saint Emilion, Patrimoine de l'Humanité, et partant, zone censée être protégée...

Sans parler des ardoises qui recouvrent le bas de la construction, pas vraiment à leur place en Gironde...

224521_367511463336326_2145889989_n.jpg

Photo Château La Croizille

Le sous-préfet, alerté par des voisins de la propriété, exige une mise en conformité avec les prescriptions de la Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (oui, ça existe à Saint Emilion).

Ce qui étonne, c'est que le projet ait pu voir le jour; que la maison soit sortie de terre. Y compris cette "cabine de téléphérique". Pourquoi Monsieur le Maire de Saint-Laurent-des-Combes et ses services ont-ils validé le permis de construire? Et pourquoi la Direction départementale des territoires et de la mer  n'a-t-elle pas émis d'objection? Parce qu'elle était en mer à ce moment là?

Bien sûr, d'aucuns, sur place, parlent de passe-droit, voire de pots-de-vin. Depuis l'affaire Cahuzac, c'est fou ce que les gens sont méchants! D'autres préfèrent y voir une négligence; la gestion du patrimoine à la française n'en sort pas grandie.

45240_435284503225688_1563994237_n.jpg

Photo Château La Croizille

Même l’architecte des bâtiments de France, François Gondran, qui doit donner son aval en pareil cas, n'a rien trouvé à redire. Ou plutôt, il a manqué de temps. Trop de dossiers à gérer, pas de déplacement sur place, pas de réaction - alors qu'en théorie, il devait voir tous les matériaux. De l'ardoise, ça reste de l'ardoise, pourtant...

C'est pathétique. Mais pas autant que la solution proposée: un camouflage en gris. 

Ce n'est pas ça qui fera de ce bâtiment au look industriel une longère à la Libournaise, mais qu'importe, le mal est fait. Et puis, si Faugères et Cheval Blanc ont pu le faire, pourquoi pas La Croizille...

Pas parce que les propriétaires sont belges, quand même?

00:07 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Bordeaux, France | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Commentaires

C'est vrai que les châteaux du XIXe siècle faisaient bonne figure sur les étiquettes de nos grands crus du Bordelais, mais il ne faudrait pas oublier qu'aujourd'hui on est au XXIe siècle et que l'image un peu désuète de nos vieux chais doit être revue en profondeur car nos vins se vendent à travers le monde entier. Ils doivent faire face à une concurrence tjrs plus rude de la part des vins espagnols et du nouveau monde. Regardez un peu plus loin, et vous vous rendrez compte que l'image des nouvelles références, ne se fait pas avec de vieilles reliques.
Peut être que ça choque la ménagère du bout de la rue, mais il faut bien admettre qu'une grandes partie des réalisations faites ses dernières années dans le monde entier, sont tout simplement magnifique(souvent signées par grds archtectes).
Je suis moi même amateur de vin, je pense que le vin aujourd'hui avec les progrès de l’œnologie est meilleurs qu'avant, l'architecture des chais doit elle aussi évoluer.

Écrit par : Kohler E. | 29 août 2013

Répondre à ce commentaire

Il faut justement laisser les chais aux concepts futuristes au "Nouveau monde" car la magie de la France, c'est justement le Patrimoine...ce pour lequel des millions de touristes affluent de partout pour visiter les plus beaux villages de France, ou même simplement balayer du regard par ex les châteaux de la Loire et d'ailleurs. La "vieille pierre", c'est l'ADN et même le core-business de la France...ça n'est pas du tout désuet...perso, je ne m'en lasse jamais!

Écrit par : Gosselin Jean-Noël | 30 août 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.