15 avril 2013

Bordeaux 2012 en Primeurs... vu de Québec

Les Primeurs de Bordeaux sont-elles de plus en plus déconnectées de la réalité des différents marchés? Je veux dire, des buveurs, pas des financiers. Comme chaque année, je me pose la question.

La presse spécialisée grouille de commentaires, d'avis, de notes de dégustations, d'opinions plus ou moins tranchées par rapport aux vins dégustés. Dans ce safari des "bonnes affaires", le critique est un excellent rabatteur pour l'investisseur à l'affut dans les hautes herbes des hauts prix.

Une image d'ensemble se dessine déjà pour ce 2012: "ça va aller". Malgré des conditions climatiques très défavorables, c'est "business as usual"; la plupart des crus classés ont produit du vin - appelez ça la magie du grand terroir, appelez ça l'osmose inverse, appelez-le ça un millésime classique, peu importe, il s'agit maintenant de vendre ces vins.

Comme toujours, les critiques le sont assez, critiques, pour qu'on continue à les prendre un tant soit peu au sérieux, mais pas trop, pour que le show puisse continuer.

Mais le buveur, dans tout ça? Faut-il lui donner rendez-vous dans 5, dans 10, dans 15 ans?

A propos, les Chinois s'intéresseront-ils encore aux Classés de Bordeaux dans 15 ans?

Ce genre de questions légèrement iconoclastes, je ne suis pas le seul à me les poser, comme en témoigne ce petit article de mon confrère et ami québécois Marc-André Gagnon. Je vous en donne la... Primeur européenne...

C'est ICI

Pour les autres, il y a "Primeurs TV"...

Ou encore, Interpom...

Il en faut pour tous les goûts... et pour toutes les bourses.

00:23 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, Canada, France | Tags : primeurs, québec, bordeaux, chine, vin, vignoble, 2012 | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |

Commentaires

Mr Lalau,
Avant de caractériser un millésime, il serait, peut-être (?) intéressant de le déguster, non ?
Pour ma part, j'ai dégusté plus de 650 vins différents et je peux vous dire que 2012 possède une belle carte à jouer sur les vins comme les Crus Bourgeois ou les vins moins côtés qui vont offrir de très bons rapports qualité/prix. D'autant que les prix sont annoncés à la baisse (près de 50% pour Valandraud pour prendre un seul exemple)....
2012 est un millésime vraiment intéressant pour Bordeaux car le terroir est mis en avant et la qualité est supérieure à 2011 où les prix étaient trop importants. Le consommateur/amateur va pouvoir revenir vers Bordeaux....

Écrit par : Yohan Castaing | 15 avril 2013

Répondre à ce commentaire

M. Castaing. Tel n'est pas le problème.
Si vous aimez les Primeurs, je ne vous en dégoûte pas mais vous participez à un système que je réprouve.
Primo, c'est trop tôt. Secundo, c'est un show.
Je refuse de le cautionner, un point c'est tout.

Écrit par : Hervé LALAU | 15 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Je ne dis pas le contraire vous avez le droit de ne pas cautionner....Bravo à vous cela montre votre indépendance ! Je serai mal placé pour réprouver cela.
Je dis simplement qu'avant de caractériser un millésime, il convient de le déguster....

Écrit par : Yohan Castaing | 15 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Aussi ne le caractériserai-je pas, ce millésime, autrement que par les données climatiques.

Écrit par : Hervé Lalau | 15 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Et moi je le caractériserai une fois qu'il sera mis en bouteilles, mais surtout pas quand il est encore au berceau...

Écrit par : Michel Smith | 15 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Aux Primeurs 2012 , j'étais à Bordeaux avec deux cannes , celle du consommateurs un rien avertis et celle du " Vieux Courtier " que je suis .
J'ai dégusté la Pyramide . Grand, petit et moyen . 10 jours .
Et bien j'ai été surpris , c'est beau , c'est structuré , la matiière et le fruit sont
là , les deux Rives sont bien typées et surtout les prix redeviennent raisonnables . Les prix sortent à vitesse v/prime .
Evidemment ,il y aurait beaucoup à dire .

Écrit par : Roger Liégeois | 18 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.