07 avril 2013

Sol de Soliminhac

C’est à Santiago du Chili, en 2009, que j’ai entendu parler pour la première fois de Felipe de Solminihac, et de sa Bodega Aquitania. C’est là aussi que j’ai dégusté pour la première son Sol de Sol, son chardonnay - le plus sudiste du pays, à l’époque.

En 2009, en effet, la région (Malleco) venait tout juste d’apparaître sur les cartes du vignoble du Chili.
Pourquoi là? La famille Soliminhac (de lointaine ascendance bretonne) y avait des terres.

Les Chiliens, habitués à des climats plus favorables, n’avaient jamais imaginer planter dans une région si fraîche, gélive au printemps et très sèche l’été. Lui l’a fait, dès 1995. Du chardonnay, d’abord.

Bien lui en a pris, si j’en juge par le Sol de Sol 2006, dont j’ai retrouvé mes notes de dégustation de 2009 (merci Apple): "Poire, pêche blanche, acacia au nez; de la fraîcheur en bouche, alliée à un soupçon de fumé. La finale revient sur les fruits blancs; c’est à la fois très dense, mais subtil".

Sol de sol 2006.jpeg


L’homme, Felipe de Solminihac, c’est à Bordeaux que je l’ai rencontré, cette année. Et plus précisément, au Château Margaux, dont le directeur, Paul Pontallier, est un des partenaires de Felipe au Chili.
C’est un type charmant, mi-poète, mi-entrepreneur. Il est l’exemple vivant du potentiel des vins de terroir au Chili.

Depuis 2004, il a également planté du Pinot Noir, dont il est assez satisfait.
J’ai hâte de déguster.

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Chili | Tags : sol de sol, soliminihac | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.