04 avril 2013

Vigneron indépendant: quel avantage compétitif?

Vous êtes professionnel, acheteur, distributeur, importateur? Ou bien simple consommateur? Votre avis m'intéresse.

Pouvez-vous me dire ce que représente pour vous la mention "vigneron indépendant"?

Et surtout, si elle représente un avantage concurrentiel, si vous êtes plutôt plus enclin à acheter un vin qui la porte plutôt qu'un autre.

Et si oui, pourquoi?

Merci d'avance!

00:44 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |

Commentaires

Entre deux bouteilles dont l'une porte ce logo, type Modat, oui, je donne une préférence au "Vigneron Indépendant".
Pourquoi ?
Simplement parce qu'il a fait un effort commercial et compris l'intérêt de s'associer à d'autres qui, comme lui, partagent probablement un souci de qualité minimale et va au devant des consommateurs.
Maintenant, encore faut-il que la dégustation confirme cela. Mais j'accepte le risque et s'il y a quelqu'un à éventuellement blâmer, ce ne peut être que moi.
En outre, on a l'impression (juste ou fausse) , avec eux, qu'on reste dans de bons rapports qualité/prix.

Écrit par : mauss | 04 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Attention : je suis vigneron indépendant (de fait) et adhère à la Fédération des Vignerons Indépendants (section Roussillon) en acquittant un droit annuel (160 € cette année, à savoir 70 € pour la FVIR, 40 € pour les « Vignerons Indépendants de France » et 50 € pour le « Syndicat des Vignerons du Roussillon »). Mais je ne peux pas apposer le « fameux » –c’est eux qui le disent – logo sur mes bouteilles ou mon matériel promotionnel. Pour cela, il faut en plus adhérer à la « convention logo », une autre cotisation que j’ai personnellement jugée trop élevée (je crois entre 100 et 200 € par an mais je ne me souviens plus du montant exact), destinée simplement à pouvoir apposer une figurine qui ressemble au « Petit Nicolas » de jadis, version Sisyphe portant son rocher, et qui garantit quoi : rien !
Donc, n’oubliez pas, il existe de vrais vignerons indépendants, qui n’ont pas droit au logo. Jadis, le vote était censitaire ; seuls les riches votaient. Pour les vignerons indép., c’est pareil : ceux dont les finances sont limitées ne peuvent pas le faire savoir.
Au-delà de cet aspect mercantile, la « Charte des Vignerons Indépendants » (voir http://www.vigneron-independant.com/auxsalons/images/Charte_du_vigneron_independant.pdf ) est tout-à-fait recommandable et j’y adhère, dans ses grandes lignes en tout cas.
Par contre, j’aimerais savoir qui « élabore son eau-de-vie » aujourd’hui, les droits ont disparu et pourquoi le fait de mettre en bt « dans sa cave » représente une garantie. Je crois moi que c’est plutôt un défaut. La mise est une opération de spécialistes, nécessitant un matériel compliqué, cher et en progrès constant. En outre, des locaux aux caractéristiques très différentes de celles d’un chai sont préférables.

Écrit par : Luc Charlier | 04 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Franchement Luc : on a (ou plutôt j'ai) un mal fou à croire qu'un producteur ne puisse envisager cette dépense supplémentaire de € 200 pour bénéficier quelque part d'un logo pouvant être apprécié (à tort ou à raison) positivement par la clientèle.

Écrit par : mauss | 04 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Tout aussi franchement :
1. Le nombre de choses « à 200 € » qu’on nous propose chaque année oblige à faire des choix
2. Les autres, je ne sais pas mais moi, oui, je suis à 200 € près. Parfois, ils me manquent pour mettre du gasoil dans la voiture (professionnelle, je n’en ai pas d’autre)
3. Je crois que ce logo ne représente rien, hors de France
4. Pourquoi faire payer un logo ? D’autant qu’il était gratuit auparavant !

Écrit par : Luc Charlier | 04 avril 2013

Pour fréquenter régulièrement le salon des vignerons indépendants, on a une assez bonne idée du niveau général des appellations en s'y rendant. Ensuite, si en GD le logo peut apparaître comme un signe distinctif de qualité pour ceux qui connaissent le sigle, je pense que le grand public ne l'a pas vraiment identifié. Je n'ai jamais vu les meilleurs vignerons mettre le logo en avant. Pour moi, la fédération a été historiquement un moyen d'être reconnu au plan politique quand le mouvement coopératif et le négoce représentaient les plus gros volumes de production. Aujourd'hui, ce mouvement pourrait représenter une force de vente à l'export, mais les vignerons français avancent souvent désunis. L'opinion de Luc selon laquelle le logo ne représente rien hors de France me semble on ne peut plus fondée.

Écrit par : bruno l | 04 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.