16 avril 2013

Figeac, Rolland, le poids des mots

Dans notre grande série "le poids des mots", épinglons la déclaration récente de Michel Rolland, tout heureux d'accueillir Château Figeac dans son écurie de champions, pardon, de consultés: "Nous allons vendanger à maturité et vinifier du mieux possible".

Je n'ai aucune animosité particulière vis à vis de M. Rolland, j'ai même eu l'occasion d'apprécier certains de ses vins.

Mais je suis heureux pour lui qu'à l'heure où la France peine à équilibrer son budget, M. Hollande et son équipe n'aient pas imaginé une taxe sur ce genre de lapalissades.

A moins, bien sûr, que je n'ai pas bien lu entre les lignes.M. Rolland insinuerait-il que par le passé, à Figeac, on récoltait trop tôt et qu'on vinifiait mal?

bordeaux,figeac,d'aramon,rolland

Ceci est un montage (bien sûr)

Veuillez excuser cette preuve flagrante de mon mauvais esprit. Mais ne suis-je pas journaliste? A force de lire des déclarations aussi creuses que lénifiantes, à force de classer verticalement des annonces de millésimes du siècle, étonnez-vous que je cherche la petite bête...

PS. Toujours à propos de Figeac: le nouveau directeur a déclaré dans la presse que "rien ne change". Dans ce cas, pourquoi changer de directeur et de consultant? Surtout qu'il paraît que c'est le terroir qui fait le vin... En attendant, un petit coup d'aramon, peut-être?

00:25 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Tags : bordeaux, figeac, d'aramon, rolland | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Commentaires

En tant qu'ancien "Process manager" dans l'industrie agro-alimentaire, je peux imaginer que Mr Manancourt a "challengé" M. Rolland en lui demandant de parcourir l'arbre des pistes d'amélioration et ce dernier a peut être identifié des paramètres de "fine tuning" au niiveau de la maturité du raisin et aussi au niveau de certains détails de vinification....c'est ce que l'on appelle faire du "Process Optimisation". A ce niveau, les moindres détails ont leur importance.

Écrit par : Gosselin Jean-Noêl | 18 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Excellent billet.

"ah, ouf ! maintenant on a eu le grand consultant M XXX dans nos locaux, on est rassurés". Ca rassure.

Le seul boulot de ces consultants est finalement ici de dire aux proprios de ces exploitations financières qu'il faut savoir sacrifier un peu de récolte pour conserver les notations sur le long terme. Alors qu'en interne, quand on a encore des cadres expérimentés, on ferait -si on le voulait- les mêmes constats et même d'aller plus loin, car ayant une connaissance plus fine de la boite ...

Mais ce constat n'a de valeur que si le type qui l'édicte est trop cher ... trop cher pour que sa parole ne puisse être mise en doute...car c'est le prix du type qui fait la crédibilité, pas son expertise technique avec justement ses spécificités, qui sont donc laissées sur le bord du chemin, car toute spécificité s'écarte du goût commun, à savoir ce qui plait aux critiques de vin. Amen.

Écrit par : Eric Riesling | 21 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.