06 mars 2013

Les Bordeaux à la moulinette du Grand Jury Européen

30 Bordeaux du millésime 2001, et pas des moindres, ont été passés à la moulinette de la dégustation à l'aveugle par le Grand Jury Européen.

Il en ressort un "classement" qui n'a plus grand chose à voir avec celui de 1855, ni ceux de Saint Emilion ou des Crus Bourgeois...

Voici les 10 premiers:

1. Smith Haut Lafitte (cru classé, Pessac-Léognan)

2. Pape Clément (cru classé, Pessac-Léognan)

3. Rauzan-Ségla (2e cru classé, Margaux)

4. Lascombes (2e cru classé, Margaux)

5. Haut Condissas (Médoc) 

6. Clos du Jaugueyron (Margaux)

7. Haut-Brion (cru classé, Pessac-Léognan)

8. Lafleur (Pomerol)

9. Reignac (Bordeaux supérieur)

10. Guadet (cru classé, Saint-Emilion)

Pour information, parmi les 2001 dégustés par le GJE, figuraient aussi Petrus et Lafitte Rothschild...

 

00:11 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Tags : grand jury européen, bordeaux 2001 | Lien permanent | Commentaires (7) | | | |

Commentaires

Bonne nouvelle, je viens juste d'acheter du Ch Guadet 2010 à l'action de promotion -5% sur le catalogue Grands Vins de Colruyt. Il est à 28.57€....visiblement le meilleur rapport qualité Prix de cette liste que nous transmet Hervé. Je l'avais goûté à Bruxelles en novembre; je peux vous assurer que c'est très bon!!!

Écrit par : Gosselin Jean-Noêl | 06 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Indépendamment de tout jugement sur ce vin – d’après ce que j’en lis ici, il doit être bon - on est à près de 30 € quand même et chez un « hard-discounter » du vin ! Mais, pour 30 €, chez un « caviste » qui fait bien son métier, vous en aurez, des pépites ! Et vous ferez vivre des « petits » vignerons. Bon, n’étant pas idiot (si si), j’admets que la finalité première d’un hédoniste n’est pas de faire vivre une corporation, ni même une fraction de celle-ci, mais bien de se faire plaisir.
En ce qui concerne Guadet (qui a changé de nom, pourquoi ?), il s’agit d’ailleurs aussi d’une très petite propriété (5 ha), de tradition familiale, très en vue (Derenoncourt, prénom du fiston = Guy Petrus, rien que cela) et qui surfe sur la vague Déméter. Les raisons de passer par la GD ne sont pas impérieuses mais chacun voit cela comme il veut et il peut être intéressant de disposer d’un gros distributeur qui vous paiera presque certainement, ou qui passe peut-être par une centrale d’achat. Toutefois, n’y a-t-il pas antagonisme entre la vision du monde de Steiner, ou des écoles Waldorf, et celle de Franz Colruyt, boulanger à Lembeek à l’origine et devenu homme d’affaires avisé ? Et encore plus celle de Codifrance pour l’hexagone.
On me dira que le client s’en fout, qu’il doit simplement veiller à en avoir pour son argent. Ce n’est pas mon avis. De même, les engagements de von Karajan ne le rendent pas éminemment sympathique aux mélomanes, malgré son talent. Mais là, il s’agissait d’une période si troublée qu’on ne peut pas la juger trop à la légère, j’en conviens. Allez, ce ne sont que quelques considérations. Je n’aime pas que le monde du vin fasse semblant d’exister en marge du monde tout court.

Écrit par : Luc Charlier | 06 mars 2013

Merci Hervé de mentionner ce travail des dégustateurs du GJE.

Écrit par : mauss | 06 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord avec ton discours Luc mais il faut bien que je dispose de qq Bordeaux de bonne facture quand "certains" amis (...Lion's club and Cie)au palais formaté du Bordeaux de leur communion solennelle(..;des années sixties et seventies) se pointent pour déguster la très bonne cuisine élaborée par ma femme. Tu comprends que si je sors mes meilleurs languedoc...ils ne comprennent pas ..car ils croient savoir que c'est tjs dans la Médoc et à St Emilion que l'on fait les meilleurs vins de la planète...un homme célèbre disait: "..pardonne leur mon Père car ils ne savent pas.... ". Pour conclure, je n'achète du vin de garde en GD que de façon très parcimonieuse, la majorité du temps sur place ou via un caviste.

Écrit par : Gosselin Jean-Noêl | 06 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Ach, Bordeaux!
De même que j'aime réécouter du Bach de temps à autre, je pense qu'on gagne à redécouvrir quelques grands classiques de cette région, sans œillères, sans a priori. J'aurai bientôt l'occasion de vous en reparler...

Écrit par : Hervé Lalau | 07 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Le boulanger de Lembeek. On dirait du Pagnol flamand. Et le vigneron de Corneilla, ça sonne pas mal aussi. Point de départ pour une grande saga du genre des Pasquier ou des Rougon Maquart....

Je commence.
Longtemps, Léon s'était levé tôt...

Écrit par : Hervé Lalau | 07 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Sans à priori et sans oeillères...c'est toujours dans cette démarche que nous fonctionnons automatiquement mais quand on veut acheter avec discernement dans une région chère comme le Médoc ou St Emilion, "notre intelligence-vin" nous fait rechercher d'abord, ce qu'il y a de meilleur au meilleur prix...et par ex Guadet, je pense, n'est pas loin de cette bonne équation...n'est ce pas ton avis Hervé, tu as déjà démontré dans le passé que tu étais un fan de Guadet..non? ..mais il y en a d'autres encore auj. accesibles...!

Écrit par : Gosselin Jean-Noêl | 07 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.