20 février 2013

Andreas Larsson réagit

Vincent Pousson me fait passer la réaction du sommelier Andreas Larsson, qu'il a pu joindre ce matin, au message diffusé par le magazine Tasted que j'ai publié hier ICI.

Merci, Vincent.

"It disturbes me to see this. I heard about rumours that I demanded a lot of money to taste Champagne and just to clarify this.
- I do work for this publisher with whom i taste a lot of wine, i always taste give my notes and scores and then it´s up to the publisher to decide what he does woth the scores/notes.
I personally never demanded money to taste wine and I hope that no one would be insane to pay me 10000 EUR to taste a few wines.
If you read between the lines you´ll clearly see that this is the publisher that wants to sell a package that contains advertisment pages, editorial content for a big distribution in China etc. my tasting is probably part of the package, but i´sorry to see my name highlighted like this. I had a meeting today with the publisher and talked about this and it hurts me as this looks very commercial.
I don´t know the person who sent this e-mail and i was always detached from the advertisment side of this business, I´m just a sommelier tasting wine and it´s true that i feel really bad when i see this.
I wish these rumours would circulate when people would see that i spend most of my time working for a modest salary in my restaurant or all of the weeks when i travel around the world and doing lectures/judging/teaching for free.
Anyhow it hurts to see this, i never thought that i was famous and things like this would be discussed such as in the Campo/Miller case, but this will make me re-consider some of my undertakings in the business.

Best regards.

Andreas Larsson"

Dont acte. J'en profite pour repréciser ma pensée: M. Larsson est en droit de demander ce qu'il veut à qui il veut. Il dit ne pas être au courant de ce que Tasted propose en son nom. Je n'ai aucune raison d'en douter. Dans ce cas, il en est la première victime et je ne peux que le regretter pour lui.

Ce que je réprouve, en tout état de cause, c'est autre chose: c'est la prévente d'un article rédactionnel.

J'ose espérer que cette mise au point de M. Larsson incitera Tasted à changer ses méthodes de prospection, sinon sa philosophie.

14:48 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Tags : larsson, tasted | Lien permanent | Commentaires (9) | | | |

Commentaires

C'est quoi Tasted ? Rien du tout dans le monde petit ou grand du vin.

Écrit par : michel Smith | 20 février 2013

Répondre à ce commentaire

C'est quoi le monde du vin dans le monde en général...pas grand chose. Par ailleurs, pourquoi des pratiques corruptrices courantes dans la presse n'existeraient-elles pas dans la presse du vin? Celle-ci serait le chevalier blanc? Quelle naïveté

Écrit par : Armand | 20 février 2013

Naïveté et fraîcheur

Hervé, même les bisounours ont parfois quelque malice cachée. Je ne sais donc pas s’il faut prendre « at face value » l’entièreté de la déclaration de M. Larsson, mais je suis content d’avoir – en quelque sorte – plaidé un peu pour lui. Il y a une once de naïveté dans ce qu’il écrit ... et envoie à la presse, mais aussi de la fraîcheur. Il est plus que probable que beaucoup de ses activités publiques sont réalisées pro deo, ou au mieux avec un simple défraiement, et qu’effectivement son gagne-pain reste le restaurant qui l’emploie. Et c’est bien ainsi. Comme toi, je lui souhaite quand même de toucher un honoraire décent de temps à autre. Par contre, il n’a pas le droit moral de dire que : « une fois que j’ai remis mes notes, ils font ce qu’ils veulent avec. » Voici une mésaventure – il n’y a pas mort d’homme – qui l’aura rendu plus méfiant. Mais si « les gens » ressentaient moins le besoin d’admirer des messies, ce genre de situation n’aurait pas cours.
Et si par contre c’est moi le naïf – qui sait ? – et qu’il nous roule dans la farine, la seconde fois que cela se produira ruinera tout son crédit.

Écrit par : Luc Charlier | 20 février 2013

Répondre à ce commentaire

Espérons pour lui que Tasted ne va pas sortir des preuves de versement d'honoraires liés à de telles opérations.
En fait, Tasted va certainement faire attention à cette histoire de champagne… si elle se confirme ! L'intitulé qui sera mis sera plus qu'important.
Encore une preuve que l'internet va obliger de plus en plus de transparence.

Écrit par : mauss | 20 février 2013

Répondre à ce commentaire

Oui, M. Mauss, j'espère que nous avons fait oeuvre utile. Loin de moi l'idée de me prendre pour un procureur, pour reprendre le mot d'Alain Leygnier. Mais l'information doit passer, et il est vrai que "dans le temps", ce genre de choses se disaient parfois mais s'écrivaient rarement - question sans doute de "solidarité" entre magazines?

Écrit par : Hervé Lalau | 20 février 2013

Répondre à ce commentaire

La société tasted est en liquidation judiciaire: http://www.societe.com/societe/tasted-group-505152066.html

Écrit par : pierre | 23 février 2013

Répondre à ce commentaire

Merci de l'information. Une autre société, Syrah Medias, semble avoir pris le relais, qui proposait encore à la mi-février des reportages avec M. Larsson, en employant toujours le nom de Tastedmag et de Tastedjournal.

Écrit par : Hervé Lalau | 23 février 2013

Répondre à ce commentaire

Dans le courriel envoyé par tasted (billet correspondant), il est question d'une Mme Sali; ne s'agirait-il pas de Mme Salvi ? En poussant les recherches, je tombe sur ce lien: http://www.chateauneuf.com/asp_app/news.asp?identifiant=218

Écrit par : pierre | 24 février 2013

Répondre à ce commentaire

Le nom est orthographié Sali sur le courriel émanant de Tasted, j'ai laissé le texte tel quel.

Écrit par : Hervé Lalau | 24 février 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.