02 février 2013

La Percée du Vin Jaune, c'est maintenant

Et demain, aussi!

75 caveaux vous attendent à Voiteur,  Château-Chalon); c'est là que ce déroule cette année la plus grande fête vineuse de France, j'ai nommé la Percée du Vin Jaune.

affiche-percee_1.jpg

40.000 visiteurs sont attendus - il fait moins froid qu'à Ruffey l'an dernier: -18°! J'y étais, le vin était bien frais dans les verres, et on ne sortait pas les mains des poches trop longtemps...

Alors, profitez en!

09:56 Écrit par Hervé Lalau dans Jura | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

Commentaires

Un joli vin, gai et friand

Oui, Hervé. Malheureusement, on observe aussi une PERCÉE de l’homophobie et comme un renouveau d’inquisition dans une frange non-marginale de la « fille préférée de l’église ».
Voir : http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid3351-c-le-petit-journal.html?vid=799411#pid3351-c-le-petit-journal.html?vid=799411&_suid=135987666420303860358581763346

Écrit par : Luc Charlier | 03 février 2013

Répondre à ce commentaire

Tout ce qui s'apparente à du racisme est détestable. Maintenant, admet aussi qu'on observe une belle percée homophile dans les radios, dont certains animateurs affichent avec fierté leurs préférences sexuelles, ce dont on se foutrait royalement, comme de leur religion ou de leur inclination politique, si elle ne faisait pas soupçonner un parti-pris.
Tu mets en cause la religion catholique et c'est ton droit, mais je n'entends pas beaucoup d'éditorialistes catholiques - il y en a-t-il encore, d'ailleurs?

Écrit par : Hervé Lalau | 03 février 2013

Répondre à ce commentaire

Où lis-tu que « je mets en cause la religion catholique » dans ce billet ?
Je n’ai personnellement pas besoin du secours d’une religion pour régler le problème de l’au-delà, mais ça c’est une autre histoire. Beaucoup de mes relations croient en l’existence d’une force supérieure, d’un « dieu ». Certains se disent « catholiques » mais acceptent fort bien le divorce, l’euthanasie, le suicide, la contraception, l’avortement même. Ils sont peut-être chrétiens, mais pas catholiques. On dit même que mon père fut agnostique, alors que je le voyais athée.
Non, je déplore qu’un groupe - restreint mais pas insignifiant – de gens, en France, se conduisent comme ceux interviewés et filmés dans ce clip, de leur plein gré. Cela dépasse mon niveau de tolérance. J’ai pitié d’eux, d’une part, mais je souhaiterais qu’ils disparaissent, aussi.
Il se fait que, aujourd’hui même, en parallèle avec ta percée, des milliers de citoyens français du XXIème siècle trouvent dans leur credo, dans le credo de leur secte extrémiste (appelez-moi « mon père » réclame ce curé. De quel droit ?) l’énergie et la motivation de détester environ 10% de leurs semblables pour la seule raison qu’ils souhaitent afficher leur amour (ou ses signes extérieurs) pour un prochain du même sexe. Où est le mal ? Où est le danger ? En quoi cela gêne-t-il qui que ce soit ?
En même temps, l’institution du mariage en elle-même ne me paraît pas vénérable et je ne comprends pas que les holebis se battent pour y accéder – certains d’entre eux en tout cas. Mais elle ne me paraît pas insupportable non plus : si cela peut les rendre heureux, pourquoi pas ? Et les avocats se rempliront les poches avec les divorces gays !
Et les pays musulmans – pour la plupart d’entre eux – considèrent encore l’homosexualité comme un crime, avec peine d’emprisonnement et parfois même de mort. Tu vois, l’intégrisme catho n’a pas l’exclusivité.

Écrit par : Luc Charlier | 03 février 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.