12 janvier 2013

Que pensent les Anglais de l'AOC?

S'il faut en croire Decanter, qui consacre un sondage à ce sujet, les lecteurs du magazine anglais sont pour le moins dubitatifs.

Il faut dire que la question était posée de manière assez abrupte: "Is the French Appellation Contrôlée (AC) system fatally flawed" ("Le système français des AOC est-il rédhibitoirement défectueux"). Et les lecteurs n'avaient le choix qu'entre 4 propositions.

Ils sont 39% à répondre "Oui, car il freine l'innovation et oblige les producteurs à se conformer à des règles désuètes"

Ils sont aussi 23% à répondre: "Oui, car il permet aux producteurs paresseux de se cacher derrière un nom prestigieux"

Ils ne sont que 27% à répondre "Non, car il assure la survivance de cépages locaux qui seraient arrachés sinon".
 
Et 28% à répondre "Non, cela aide le consommateurs dans son choix des styles de vin".
 
On peut penser que les propositions étaient un peu trop caricaturales - par exemple, les AOC ne sont pas là pour préserver les cépages; d'ailleurs, dans bien des cas, elles en suppriment...
 
Quoi qu'il en soit, cette petite enquête démontre que même chez les gens qui s'intéressent de près au vin (ce qui est le cas des lecteurs de Decanter), l'AOC n'apparaît pas vraiment comme une valeur refuge.
 
Mais que faudrait-il donc faire pour rassurer nos amis britanniques?
 
Ou cela n'a-t-il aucune importance?

00:39 Écrit par Hervé Lalau dans Grande-Bretagne | Tags : aoc, gb, uk, vin, vignoble, réglementation | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Commentaires

Nous avons l'habitude de vouloir pousser le bouchon de la démocratie un peu trop loin...je ne crois pas que demander l'avis de tout le monde sur tout et n'importe quoi , fasse avancer les choses...nous devons in-fine faire qqpart confiance aux experts qui se penchent sur les questions et font déjà eux aussi le ménage entre les divers avis de leur commission.
D'autre part, dérégler ouvre la porte à une certaine anarchie et déroule un tapis rouge à tous les excités du libéralisme sauvage.
pour ex: j'ai fait partie du comité d'experts belges début des années 2000 qui planchaient sur la nouvelle législation européenne de l'industrie du chocolat de 2003....ma hiérarchie m'avait briéfé dans le sens d'encourager une législation la plus light possible, bref, au moins il y de règle et de contrainte, au plus on y gagnera!

Écrit par : Gosselin Jean-Noêl | 12 janvier 2013

Répondre à ce commentaire

C'est sûr que la question était très orientée. Cela dit, en France, la répartition des réponses aurait été tout autre car les Français font encore majoritairement confiance à l'AOC et reprennent en choeur, lorsqu'on les interroge, l'équivalence "AOC = qualité".

Je suis personnellement convaincu que le système AOC est en train de perdre l'une de ses raisons d'être qui est d'orienter le consommateur dans ses choix. Voir l'excellente analyse de l'UFC-Que Choisir : http://www.quechoisir.org/alimentation/produit-alimentaire/boisson/etude-reforme-des-aoc-viticoles-comment-restaurer-le-lien-avec-le-terroir

Je reconnais cependant une chose : l'objectif initial de l'AOC qui était d'éviter la fraude (notamment en matière de vinification) est encore atteint aujourd'hui.

http://www.comprendre-le-vin.fr/laoc-un-bon-critere-pour-choisir-un-vin/

Écrit par : Stephen | 09 mai 2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.