08 janvier 2013

Des Eaux & Forêts au CIVB, en passant par les Cabinets

Attention, ce qui suit est petit, mesquin, injuste, etc. De mauvais goût. Voire politiquement incorrect.

J'ai (presque) honte de vous le proposer, sauf qu'un certain devoir d'information m'y oblige, ainsi que mon goût irrépressible pour le persiflage, surtout quand cela touche de près ou de loin à la bureaucratie à la française.

J'apprends que le prochain directeur du CIVB s'appelle Fabien Bova. Que c'est un homme de cabinets.  Sans jeu de mots. Qu'il a donné toute satisfaction à ses ministres successifs (Gaymard, avant l'affaire de l'appartement de fonction, puis Bussereau, puis Fillon). Qu'il a participé à la mise en place de France Agrimer, dont il était jusqu'ici le Directeur Général.

Et cerise sur le gâteau, qu'il est ingénieur des Eaux et Forêts.

 

civb,administration,françadministration

Publicité pour les Opticiens Krys (et là, avec jeu de mots, tant qu'à faire dans le mauvais goût...)

Bien sûr, avec un tel curriculum, ce Monsieur ne manque sans doute pas de qualités. Et il n'y a aucune raison qu'un bon administrateur n'ait pas sa place au CIVB.

Mais quand même, pour diriger une association de droit privé, active dans le vin, payée par des contributions de vignerons, est-ce le meilleur profil?

Ceci préfigure-t-il la nationalisation des ODG, des syndicats d'appellation, des Interpros? "A titre temporaire", bien sûr, comme M. Montebourg le prônait naguère pour l'aciérie de Florange...

Et pourquoi est-ce que le recasage de cet ancien conseiller de l'ombre (plutôt marqué à droite) d'un office d'Etat dans une interprofession me fait-il l'effet d'un parachutage politique? Le gouvernement Ayrault aurait-il négocié ce golden parachute avec Alain Juppé? Ou bien suis-je parano?

Tiens, j'ai envie de créer un nouveau mot pour désigner ces petits arrangements entre partis, cette infinie imbrication de réseaux d'influence: la Françadministration; un peu sur le modèle de la Françafrique

Et toutes mes excuses à tous les serviteurs de l'Etat qui font de leur mieux pour défendre le bien public; je vous l'ai dit, ce billet est injuste... au moins pour eux.

Comprenez moi bien, je n'ai rien contre la personne de M. Bova - certainement quelqu'un de très bien, compétent, et tout et tout. Mais comme disait Brel, "il y a la manière".

Maintenant, c'est aux adhérents du CIVB d'apprécier...

10:48 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Tags : civb, administration, françadministration | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Commentaires

Les membres du CA du CIVB, donc la production, qui ont engagé M. Bova ont certainement fait un excellent choix en recrutant quelqu'un qui connait parfaitement les arcanes complexes de ce secteur d'activité et qui saura en faire profiter ses employeurs.

L'Interprofession bordelaise sait parfaitement où se trouve son intérêt.

Je ne comprends pas en quoi cette embauche préfigure "la nationalisation des ODG, des syndicats d'appellation, des Interpros" ?

C'est simplement un cas de pantouflage.

Philippe

Écrit par : Philippe B | 08 janvier 2013

Répondre à ce commentaire

C'était juste un trait d'humour.
Par contre, la base, si propice à dénoncer les contraintes, les taxes, le poids de l'Etat, etc, appréciera-t-elle cette nomination?

Écrit par : Hervé Lalau | 08 janvier 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.