04 janvier 2013

Comment j'ai failli passer à la télé

Fin octobre, j'étais gentiment invité à participer à une émission de la télévision belge (RTBF) au sujet des Foires aux Vins. J'ai décliné - peut-être bêtement, mais c'est ainsi. J'ai décliné par conviction. Dois-je le regretter? C'est à vous de me le dire.

Voici le courrier que j'ai adressé à mon confrère

Cher M. Willems, Cher Confrère,

Je vous remercie de votre message mais je ne peux participer à votre reportage. Je suis foncièrement opposé au système des ventes en Foires aux vins, qui, selon moi, déstabilisent le marché.

 

0c1988ad41.jpgChâteau Citran 2008 à 9,99 euros chez Cora cet automne...

contre 13,35 chez Vins-AOC ou 15 euros chez Millésima...

Les grands distributeurs, via des achats en parallèle, parviennent à mettre sur le marché des vin de prestige à vil prix aux seules fins de doper leur image, mais font ainsi passer les vendeurs habituels pour des profiteurs.

Les magasins spécialisés ne peuvent pas lutter; si la GD peut se permettre de perdre de l'argent sur un vin, car elle en gagne sur le reste de l'assortiment de produits (le vin est pour eux un produit d'appel), les cavistes, eux, ne vendent que du vin.

Il n'y a pas d'accord d'exclusivité ni de fidélité qui tienne, car les distributeurs disposent de réseaux de rabatteurs qui leur permettent de mettre la main sur des lots d'invendus à l'étranger - quand ces distributeurs n'effectuent pas eux-mêmes leurs achats via leurs centrales à l'étranger, comme Carrefour.

Je ne doute pas que certains consommateurs puissent faire de bonnes affaires dans la GD, mais c'est au détriment de la filière dans son ensemble: à chaque "coup" réalisé par les grandes enseignes, c'est la marge des producteurs qui souffre, car le consommateur ne comprendrait pas qu'ils ne s'alignent pas.

Logiquement, le consommateur ne voit que son intérêt, mais méconnait le tort qu'il fait à la production et aux intermédiaires.

Par ailleurs, il y aurait beaucoup à dire sur les conditions de stockage et de transport des lots importés en parallèle - plus d'un consommateur a été déçu, dans le passé, par la qualité des vins achetés.

Sans compter que la restauration a pris l'habitude d'aller se fournir pendant les foires au vin dans des magasins (notamment Cora) - il n'y a qu'à voir comme les bouteilles un peu huppées proposées par cette enseigne trouvent vite preneur, par caisses entières, et le nombre de camionnettes qui font la queue à la sortie. Il est probable qu'une part de ces achats ne sont pas déclarés, ce qui permet d'échapper à la TVA.
Il s'agit là d'une concurrence déloyale vis-à-vis des importateurs et grossistes en vin qui travaillent en déclaré. Tout leur travail de l'année peut être anéanti.

Bref, il y a longtemps que je me refuse à cautionner ce système.

Je reste à votre disposition, par contre, pour d'autres thèmes liés au vin.

Confraternellement,

Hervé LALAU
Chroniques Vineuses

Les 5 du Vin


00:00 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Bordeaux, France | Tags : foires aux vins, france, vin, belgique | Lien permanent | Commentaires (8) | | | |

Commentaires

Clair, net, précis et courageux...bravo!

Écrit par : JN Gosselin | 04 janvier 2013

Répondre à ce commentaire

Quid de l'amateur qui achètera Citran à € 9,99 mais jamais à plus de € 10 ?
Il va découvrir, grâce à la GD, un beau vin qui, peut-être, orientera ses prochains achats vers son caviste quand la GD aura fini sa phase promo ?

Écrit par : mauss | 04 janvier 2013

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas la réaction du gars qui achète dans les foires au vin...il attendra l'an prochain espèrant que citran se trouve de nouveau en foire aux vins. Les inconditionnels des FAV vont peu chez les cavistes!

Écrit par : JN Gosselin | 04 janvier 2013

Répondre à ce commentaire

Le vin est source de convivialité et d’échange, avec ceux avec qui on le déguste mais également avec ceux qui nous aurons aidé à le sélectionner : le vigneron, le caviste, le sommelier… Les grandes surfaces n’étalent que des étiquettes et des prix. Ceux déguisés en sommelier ont été plantés là sans grande connaissance… Ce n’est pas un point de vente à dimension humaine !

Écrit par : S.Heimburger | 04 janvier 2013

Répondre à ce commentaire

Bref : rétablissons les corporatismes ! C'est du brutal, je l'avoue mais c'est un peu ce qui découle de ces commentaires.

Écrit par : mauss | 04 janvier 2013

Répondre à ce commentaire

Deiss, de qui une TRES grande dame du vin d’Alsace nous avait dit, il y a une 20aine d’années : « C’est le plus grand hypocrite de chez nous », devant au moins 4 ou 5 témoins que je peux retrouver, a cité récemment Saint Paul sur le blog de J. Berthomeau : « La tolérance, c’est l’intelligence de la charité ! », disait-il. Outre le fait que cette affirmation me semble bancale – mais mon peu d’éducation religieuse me disqualifie pour parler de la charité – elle ne s’applique sûrement pas au milieu du vin que ce blog intéresse : celui de la passion. La passion rend difficile toute clémence, toute acceptation des divergences profondes. Donc Mauss a évidemment raison quand il évoque le côté « corporatiste » de certaines interventions. Mais je comprends bien les cavistes : la MINORITE d’entre eux qui font vraiment leur boulot ne sont guère payés en retour et tout concourt à leur casser la baraque. En même temps, plus de la moitié ne sont que des marchands de tapis : ils achètent sans déguster, sur catalogue et liste de prix. Ils vendent sans conseiller, sur base du 11 + 1 ou de la « notoriété avant tout ». Ils encensent ce qui est dans l’air du temps et surfent sur toutes les vagues, pourvu qu’elles soient vendeuses. Il n’empêche que les « vrais » - et il en existe partout – sont les seuls alliés objectifs du vigneron et de ses clients éclairés, ainsi que le sommelier de qualité.
La GD, partout et toujours, casse de l’agriculteur, exploite ses salariés, abuse sa chalandise et ne sert que ses actionnaires. Faites la grève du caddy !

Écrit par : Luc Charlier | 06 janvier 2013

Il ne s'agit pas de corporatisme excessif, mais de simplement remettre les choses à leur place.
Le caviste conseille, oriente, voire "éduque" sa clientèle tout au long de l'année, il passe du temps avec chaque visiteur de sa cave, il écoute, il suggère, afin de répondre au plus juste aux attentes de l'homme ou de la femme qui a franchit sa porte. Porte qu'il n'a pas poussé armé derrière son caddie.
Les foires aux vins de la G.D devraient être condamnés pour "homocide involontaire" à l'encontre du petit commerce de proximité.
En deux périodes de 21 jours, elles ruinent les efforts des cavistes indépendants.

Écrit par : Stéphane | 04 janvier 2013

Répondre à ce commentaire

Je vais le transmettre à mes proches et aux amis,car le sujet est à lire et l'article est très intéressant,vous avez utilisé des expressions pas compliquées mais en même temps de grande importance, courage pour nous proposer d'autres !!

Écrit par : lots grossiste Tunisie | 05 janvier 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.