24 décembre 2012

Bugarach: quel dommage!

A Bugarach, l'ambiance fin du monde a laissé la place à l'ambiance kermesse; quel dommage que le pétard ait foiré!

Le pic est toujours là, immobile, serein, majestueux, comme posé sur l'horizon de notre crédulité.

Mais que vont donc devenir tous les illuminés qui avaient fait le déplacement? Avaient-ils seulement pris un billet de retour? Ou avaient-ils vidé leur compte en banque?

800px-Bugarach.JPG

Sous le pic, une épaisse couche de crédulité humaine... (Photo Thierry Strub)

Et que vont-ils boire ce soir pour le Réveillon de Noël? Un Lacrima Christi? Un Flying Cigar? Une Delirium Tremens?

Pas dégrisés pour deux sous, certains croient dur comme fer (ou plutôt comme schistes et calcaires) que Jésus est enterré sous le pic de Bugarach. Et pourquoi pas Bouddha, Moïse ou Mahomet?

A qui profite la farce? Aux agences immobilières? Aux hôteliers du coin? Au maire? Aux petits hommes verts qui nous regardent dans leur grande lunette de chiottes, comme les étrons galactiques que nous sommes?

Astro-gastro-entéritement vôtre,

Hervé

Commentaires

Pas d’hôtel. Pas d’agence immobilière. Maire peu médiatisé.
Et pas de farce dans ce patelin (excellentissime jeu de mots !).
Mais tu poses la bonne question, Hervé.

En outre, on avait mobilisé la gendarmerie à cheval : il y avait sur place DEUX gardes républicains et leurs destriers. Moi, quand je suis allé voir les Rolling Stones au Forest National, en 1975 (date approx.), il y en avait au moins 50, des gendarmes montés.
Mais en Belgique, on pense en envoyant la cavalerie qu’il y a toujours plus dans deux têtes que dans une !

Écrit par : Luc Charlier | 24 décembre 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.