29 octobre 2012

Empire des sens

Nous vivons sous l'empire de nos sens, c'est bien connu. Le petit monde de la dégustation ne fait certainement pas exception à la régle.

Mais nos sens sont-ils fidèles à la réalité? Je ne parle pas des différences d'appréciation entre sujets - ce qui fait que ma tolérance à l'acidité, par exemple, est supérieure à celle de Michel, ou que mon seuil de perception du soufre est inférieur à celui de Marc. Non, je parle des petits tours que les sens nous jouent à tous, autant que nous sommes.

Prenons la vue. Et bien, ce sens-là n'est pas infaillble. Ou plutôt, il est parfois équivoque. Tiens, un exemple.

Fixez la photo ci dessous pendant plusieurs secondes et vous "verrez" le visage se tourner; ce que vous preniez pour une photo de face devient un profil.

Untitled111.jpgFace ou profil?

Ce n'est pas l'oeil, en définitive, qui décide, mais le cerveau. Notez que ce n'est pas immédiat, il faut une petit instant d'accoutumance.

Au fait, parler d'équivoque pour un phénomène visuel, relève d'une approximation, d'un mélange des sens qui me fais furieusement penser aux expériences de Thimothy Leahy... ou aux commentaires de vin (parler de grande musique à propos d'un grand Bourgogne, ou de rugosité à propos d'un Corbières, à bien y réfléchir, c'est digne de Lucy in the Sky with Diamonds...).

Equivoque, en effet, fait référence à la voix, vox, vocis, en latin...

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Tags : sens, sensoriel | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.