16 octobre 2012

Europe, as-tu du coeur?

Ce matin, Jacques Berthomeau se fend d'un billet rageur mais salutaire à propos de l'arrêt des subventions européennes aux associations d'aide alimentaire, du genre des Restaurants du Coeur.

J'avoue qu'autant je comprends que l'Union n'ait pas à se substituer à un pays dans ce qu'il peut gérer lui-même (on appelle ça le principe de subsidiarité), autant je trouve indécent qu'on ne se soit pas mis d'accord pour trouver un programme de remplacement ("on" représentant la France autant que l'Europe).

Les affamés se moquent bien des points de droit; et les électeurs avalent tellement de couleuvres politiques qu'un arrangement un tant soit peu créatif serait compris de tous, pour autant que l'objectif soit juste, et il l'est.

L'Europe y gagnerait, même, elle qui souffre tellement de son image technocratique, de son éloignement du peuple.

Je ne sais pas si mon blog peut avoir un quelconque impact sur les décisionnaires - soyons réalistes, je sais que non. Mais il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, la cause est importante, la cause est juste, alors je relaye.

Si je ne le faisais pas, j'aurais l'impression d'avoir failli. Il y a une vie au delà du vin, au delà du plaisir, au delà des concepts, au delà du nombril, il y a une réalité dans nos rues, les vôtres, les miennes, qui me fait honte.

L'Europe vient de recevoir le Nobel de la Paix. C'est bien.

Veut-elle demain le Nobel de la Famine?

 

11:53 Écrit par Hervé Lalau dans Europe, France | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Commentaires

Joli titre !

J’ai posté en ce sens ce matin aussi, Hervé.
Il existait déjà la société « Nobel Pharma » (pub gratuite).
On pourrait créer « Nobel Fames », effectivement.
Dommage que « famine » ne se dise pas « famina » en latin .....

Écrit par : Luc Charlier | 16 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

MERCI Hervé les petits ruisseaux font les grandes rivières... La pâte est lourde mais je suis sûr que nous pouvons la faire lever.
amitiés

Écrit par : berthomeau | 16 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.