11 octobre 2012

Faut-il sauter le millésime 2012?

Le plus gros domaine viticole anglais, Nyetimber, spécialisé dans les effervescents, a décidé de ne pas produire en 2012, vu la faible qualité de la vendange. C'est la première fois, en 24 ans d'activité, que Nyetimber saute ainsi un millésime.

Il ne semble pas que son propriétaire, Eric Heerema, ait fait beaucoup d'émules de ce côté-ci du Channel, même au Nord de la Loire... Même en Champagne...

Il faut croire que Nyetimber n'utilise ni l'osmose inverse, ni la chaptalisation, ni l'assemblage entre différents millésimes... Ces Anglais ont décidemment encore beaucoup à apprendre!

16:19 Écrit par Hervé Lalau dans France, Grande-Bretagne | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |

Commentaires

Plus exactement, je pense qu'il a décidé de ne pas produire sous sa marque, car les raisins doivent tout de même être sur la vigne à cette heure et qu'il est un peu tard pour décider de ne pas produire du tout, car il produira alors aumoins des déchets!

Écrit par : Norbert | 11 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

D'après ce que j'ai lu, il a décidé de ne pas faire vendanger, ce qui a d'ailleurs été assez peu apprécié de son équipe de vendangeurs.

Écrit par : Hervé Lalau | 11 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

D'accord, sous cette forme, pas de problème.
C'est déjà arrivé ici ou là, comme en Australie l'année dernière, mais pour cause de surproduction.
Les raisins ainsi abandonnés pourraient être glânés par des amateurs (sous réserve du droit anglais applicable localement qui est sûrement fort compliqué et particulier).
Les vendangeurs au chômage pourraient sans doute en profiter pour améliorer leur triste sort.

Écrit par : Norbert | 11 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

En tous cas, pour les recevoir chaque année au Symposium Villa d'Este, des gens simplement remarquables de modestie et de sens de l'écoute.

Écrit par : mauss | 11 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

Très peu de vin ne veut pas dire mauvais millésime. En Languedoc et Roussillon, c'est plutôt le cas. Au Puch, on ne fera que 600 bouteilles (un hectare) et on va être obligé d'augmenter nos prix de vente... On oublie qu'il y a un mec là haut qui fait le vin chaque année... Inch allah !

Écrit par : Michel Smith | 12 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.