28 septembre 2012

Classement de Saint Emilion: quelques réflexions de mon cru

La lecture de l'argumentaire de Pierre Carle, publié ici même hier, me renforce dans mon scepticisme par rapport aux classements. Et pas seulement celui de Saint Emilion.

Certains éléments inclus dans la grille de notation utilisée pour le classement me paraissent totalement hors sujet: en quoi la présence d'une salle de séminaire, d'un attaché de presse, ou de formules d'oenotourisme peuvent-elles déterminer la qualité d'un vin?

D'autres reproches faits à Croque Michotte dans le acdre de la procédure semblent bel et bien infondés, inexacts ou insignifiants.

Par contre, j'ai bien peur que les arguments de M. Carle n'aboutissent globalement à prouver que tout classement est au mieux infondé, au pire inutile. Voire trompeur.

Dans sa lettre, M. Carle précise: "Qu’il soit bien entendu que Croque-Michotte est favorable au classement des vins de l’AOC Saint-Emilion Grand Cru à condition que les règles soient justifiées, équitables et connues à l’avance".

Je pense que ces conditions sont quasi impossibles à réunir.

 

00:28 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

Commentaires

Oui, l'exigence d'une salle de séminaire et d'un attaché de presse sont des critères étranges, mais n'oublions pas qu'il s'agit d'un classement des crus, c'est à dire des exploitations viticoles, que dis-je, des entreprises viticoles adaptées à l'ère de la mondialisation et capables de rivaliser avec les châteaux chinois!

Écrit par : Norbert | 28 septembre 2012

Répondre à ce commentaire

Quel serait l'intérêt de Saint-Emilon à disposer de 96 salles de séminaires et de capacités hôtelières demesurées ? Rester vides presque toute l'année, pas terrible comme investissement !
Pensons aussi aux professionnels, aux importateurs, aux amateurs : il ne viennent pas à Saint-Emilion, patrimoine mondial de l'UNESCO, pour se casser les pieds dans des salles de séminaires ! Ces personnes n'ont pas le temps et veulent du concret : connaître le vignoble, discuter des marchés. Emmenons-les dans les vignes et les chais, puis allons visiter Saint-Emilion et nous assoir ensemble à une bonne table, telle l'envers du décor, l'hostellerie de plaisance, etc.
A j'oubliais : Croque-Michotte a des capacités pour accueillir et organiser séminaire, mariage, rallye, concert, mais... la question ne nous avait jamais été posée !!!

Écrit par : Pierre Carle | 02 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

La mondialisation n'est pas une nouveauté pour le vignoble de Bordeaux. Bordeaux qui est un port maritime et les vins partaient à l'export depuis des siècles vers le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Belgique, les Etats-Unis, l'Amérique du sud. Croque-Michotte est exporté depuis le milieu du 19ème siècle et mon arrière-grand-père, Samuel Geoffrion voyageait il y a plus d'un siècle. Et nous continuons sur son exemple. Plus de la moitié des vins de Croque-Michotte sont bus à l'étranger sur tous les continents.
Nous avons une attachée de presse et responsable de la communication, mais la commission a refusé ce paramètre au motif que ce poste est tenu par un membre de la famille ; la commission est coupable d'un délit de discrimination puni par la législation européenne.

Écrit par : Pierre Carle | 03 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

Ce point là avait effectivement retenu mon attention aussi. C'est du grand n'importe quoi!

Écrit par : Hervé Lalau | 03 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.