10 septembre 2012

Par la grâce de Shadrapa

Pour cette première journée à la découverte du vignoble tunisien, je file cap au Nord-Ouest, direction la Medjerda. Une vallée, quelques collines, la ligne bleutée d'une montagne dans le lointain, une impression d'immensité, d'intemporalité. Shadrapa, dieu phénicien, guérissait par le vin. Il semble toujours veiller sur ces terres... et si ce n'est pas vrai, c'est tout de même bien trouvé: c'est en effet le nom du domaine que le Groupe Castel a installé là, au beau milieu de 1.000 ha de terres. 

L1060123.JPG

Shadrapa, dieu phénicien, nous accueille...

 

Toutes ne sont pas dévolues au vin: on y élève des ovins et bovins, et on y cultive aussi des oliviers, des céréales...

Si la ferme préexistait à l'arrivée de Castel, c'est avec celui-ci que la vigne s'y est développée, à partir de 2004. Le groupe a surtout planté des variétés bordelaises, merlot et cabernet-sauvignon, ainsi que de la syrah, du grenache, en rouge, et du chardonnay en blanc. 240 ha en tout.

Depuis 2010, le site est sous la direction d'une jeune oenologue espagnole, Pilar Rodrigo Monzon. 

J'ai pu non seulement admirer sa compétence, sa faculté à tirer le meilleur de ses raisins, mais également sa grande modestie, son souci de ne pas les dénaturer. Ici l'oenologue ne se prend pas pour un dieu, toute juste pour l'accoucheur des vins que donne Dame Nature.

L1060120.JPG

Pilar Rodrigo

Trois incontournables

Désir 2011, un rosé de sables, d'une élégance rare. Groseille et fleur d'oranger au nez, délicatesse et juste ce qui faut de peps, de vivacité, pour ne pas tomber dans la facilité. Car sous ses airs aimables, cette bouteille a du caractère, du "chien", et même de la complexité. Indice de buvabilité: le maximum. 

L1060121.JPG

Shadrapa Cabernet Sauvignon 2010

Par la magie du dieu Shadrapa, nous voici transportés des rives de la Medjerda vers celles de la Gironde, voir celles de la Maremma. Ce vin est bordelais par le style, très civilisé, mais avec un petit côté plus exubérant qui me rappelle certains Toscans. Mais non, finalement, il a son charme propre. Le fruit est noir, la bouche est profonde, le travail du bois est exemplaire - juste assez pour fondre les tannins, pas assez pour marquer le vin. Superbe travail qui respecte la qualité de la matière première. 

IMG_1528.jpg

Phénicia 2008

En parlant de qualité de matière première... Ici, pas de bois, juste le fruit du cabernet et du merlot qui parle, non, qui crie. Le nez est étonnant de fraîcheur, le fruit est plus rouge que noir, bien mûr, gourmand, les deux ans de bouteille ne l'ont en rien affadi. Et en bouche, quelle puissance! Des épices en veux tu en voila, des tannins voluptueux comme des lèvres carmines; vous aimez les vins structurés, francs et directs, les vins qui confirment sur la longueur la bonne impression première: celui-là est pour vous.

IMG_1529.jpg

Et en option...

Un excellent "vin de copains", le Vinum 2010 (pruneau, épices), et un beau chardonnay boisé, le Domaine Shadrapa blanc 2010 (aérez un peu avant de déguster). Et pour terminer, j'ajoute que l'avenir est assuré, si j'en juge la qualité des échantillons de 2012. Les syrahs et les merlots, notamment, préfigurent de nouvelles cuvées possibles: certes, assemblés, les deux cépages se complètent très bien, mais j'aimerais voir ce que peut donner une cuvée de syrah pure des meilleures parcelles...

Plus d'info: pilar.rodrigo@topnet.tn

01:12 Écrit par Hervé Lalau dans Tunisie | Tags : vin, tunisie | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

Commentaires

Effectivement, le dieu phénicien semble veiller sur le groupe Castel:
- en le mettant à l'abri des droits de plantation (240 ha plantés depuis 2004: diable, si j'ose dire!);
- en le protégeant des considérations hygiénistes ("Désir rosé", quelle marque, diable encore!).
Espérons qu'il sera aussi actif contre certains intégristes qui pointent le bout de leur barbe...

Écrit par : Norbert | 10 septembre 2012

Répondre à ce commentaire

Bonnes remarques. Mais s'il est important de pouvoir planter, il est aussi important de voir ce qu'on sait en faire, et de ce côté-là, j'ai été très agréablement surpris.
Quand aux intégristes, on verra l'an prochain lors des élections.

Écrit par : Lalau | 10 septembre 2012

Répondre à ce commentaire

Pour ceux qui s'en étonnent, je précise que Shadrapa est bien d'origine phénicienne, et non punique - les Phéniciens deviennent puniques quand ils s'installent à Carthage, mais leurs dieux sont antérieurs (Lire à ce propos le livre de Mrs S. Johnson, Religions of the Ancient World, a guide; p 608).
Il semble que le culte de Dionysos ait été influencé par celui de Shadrapa.

Écrit par : Hervé Lalau | 24 avril 2013

Répondre à ce commentaire

C'est un domaine où j'apprécie énormément ses vins du rosé au rouge que j'admire particulièrement.

Le Vinum bien que c'est un vin à prix abordable en Tunisie il demeure d'une qualité appréciable.

IL faut juste lire l'étiquette pour différencier entre les années et la composition et bien évidement la saveur

JOLIE TRAVAIL

Écrit par : BOUBAKER Nobel El Houssine | 19 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.