05 septembre 2012

Le bio: quel avantage pour la santé?

Une étude américaine de l'Université de Stanford - ou plutôt, une méta-analyse compilant les résultats de 237 études conclue que "consommer des aliments bio n'offre pas de bénéfice significatif pour la santé par rapport à l'alimentation conventionnelle".

Mais les auteurs eux-mêmes précisent "qu’au-delà des effets sur la santé, il y a beaucoup d'autres raisons d'acheter des produits biologiques au lieu de produits classiques".


J'en citerai deux, au hasard: le goût des produits et la protection de l'environnement.


Et puis, l'étude ne parle que des avantages pour le consommateur (ou leur absence). Mais il ne faut pas oublier le producteur. Surtout dans la viticulture, où l'usage de pesticides a été à l'origine de plusieurs cas d'empoisonnement.


Bien sûr, le bio n'est pas une secte, il est sain de pouvoir discuter du bien-fondé de toute démarche.

Mais l'environnement appartenant à tout le monde, n'est-ce pas à nous tous, comme consommateurs, de pousser les producteurs à réduire l'usage de produits chimiques, autant que faire se peut?

20:38 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Tags : étude, vin, bio | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Commentaires

Si ton humus est froissé, le bio masse !

On va faire bref : ai dormi 4 heures cette nuit-ci (vendanges et pressurage) et deux la nuit d’avant (insomnies). Tu dis : « plusieurs cas d’empoisonnement » !
Non, Hervé, une survenue extraordinairement plus importante de cancers digestifs (estomac, pancréas, intestins ...) et de maladies neurologiques (myélo-dégénératives, athéro-sclérotiques et du neurone moteur), ainsi que d’affections de type hypersensibilité chronique (peau, voies respiratoires ...), voilà à quoi nous avons droit dans les métiers agricoles.
Le premier avantage de l’arrêt des organo-phosphorés, des désherbants et autres, c’est pour le tractoriste !
En toute honnêteté, aucun élement actuel ne permet d’affirmer que POUR LE CONSOMMATEUR, ces vins soient plus sains, ni meilleurs au goût. Mais rien ne dit le contraire non plus, alors que, 10-15 ans en arrière, il y avait encore beaucoup de cuvées « approximatives ». Mais ce n’est pas le « bio » qui était en cause, simplement le baba-cool intermittent du spectacle qui le faisait !
Enfin, qu’est-ce qu’un vin bio ? Je ne crois pas du tout aux vertus de la certification, mais ceci n’engage que moi.

Écrit par : Luc Charlier | 07 septembre 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.