29 août 2012

On the rocks

Mon collègue et ami Franco Ziliani s'étonne (et enrage) de la nouvelle tendance observée en Italie, qui consiste à allonger certains vins de glaçons, et notamment les pinots noirs (lire ICI).

Il s'insurge surtout contre le fait que la sommellerie italienne semble cautionner cette tendance.

Avec tout le respect que je dois à mon éminent confrère, je pense qu'il n'a pas pleinement conscience de toutes les possibilités de cette révolution copernicienne dans le service du vin, voire dans la production de vin.

A partir du moment où l'on dilue le vin avec des glaçons, c'est la conception du vin lui-même qui doit changer. On ne doit plus le voir comme un produit fini, on ne doit plus lutter contre l'élévation des degrés d'alcool résultant de la réduction des rendements et du réchauffement climatique, ni mouiller frauduleusement le vin dans les arrières-caves.

Il convient à présent au contraire de concentrer les vins par osmose inverse, et de laisser le soin au restaurateur ou au consommateur de rajouter l’eau via les glaçons. Comme ça, on pourra vendra le Brunello ou le Barolo en petits Tetrapaks de 25cl, ça coutera moins cher en transport.

De plus, effet induit, plus on servira les vins frais, on the rocks, et moins on percevra leurs arômes. L'oenologie moderne va enfin être libérée de cette dictature du nez, et pouvoir se concentrer sur les vins neutres et faciles à boire, les vins que le client moyen préfère. Et comme disait M. Rivella, "le client a toujours raison". Moyennement.

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Italie | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |

Commentaires

Ce n'est qu'un retour aux sources (si j'ose dire): à Rome les grands vins se buvaient allongés d'eau. Leur concentration facilitait sans doute déjà leur transport en amphores.

Écrit par : Norbert | 29 août 2012

Répondre à ce commentaire

C'est frais - je veux dire, c'est vrai. D'ailleurs, à la même époque, les Gaulois, qui buvaient le vin purs, étaient considérés comme des barbares par les Romains...

Écrit par : Hervé Lalau | 29 août 2012

Répondre à ce commentaire

Oui, mais ces barbares avaient inventé le tonneau, ancêtre du Bag-in-Box par rapport à l'amphore!

Écrit par : Norbert | 29 août 2012

Etonnant que personne ne mentionne le fait qu'en Italie, encore beaucoup trop de restaurants vous servent le pinot noir à 24°.
D'où les glaçons…

Écrit par : mauss | 29 août 2012

Répondre à ce commentaire

Un élément à verser au dossier, effectivement. Le pire à ce niveau, pour moi, ce fut le Portugal, où même l'été, parfois, on arrive à vous refiler des vins plus chauds que la température extérieure...

Écrit par : Hervé Lalau | 29 août 2012

Répondre à ce commentaire

Tu oublies le « Glühwein », Hervé , même si ce n’est que rarement au Portugal !

Écrit par : Luc Charlier | 29 août 2012

Les commentaires sont fermés.