28 août 2012

Foires aux Vins: Carrefour Belgique ne change pas "une équipe qui gagne"

Cette année, la Foire aux Vins de Carrefour Belgique aura lieu en deux temps: du 12 septembre au premier octobre pour les Carrefour et Carrefour Planet, et du 26 septembre au 14 octobre pour les Carrefour Market. Et "comme on ne change pas une équipe qui gagne" (c'est eux qui l'écrivent), Carrefour Belgique fait de nouveau appel au cuisinier Bruneau (Père & Fils).

N'y voyez aucune jalousie de ma part (je n'ai pas l'intention d'offrir mes services à Carrefour), mais ce choix me consterne. Autant je peut reconnaître à M. Bruneau des qualités culinaires (c'est son métier, après tout), autant ce qui transparaît de sa collaboration avec Carrefour dans le vin m'incite à penser qu'il n'y a pas sa place.

 

Bruneau.jpgSouvenez-vous, c'était il y a deux ans...

Lors des deux précédentes éditions, ses recommandations, ses choix (?), ses commentaires de vins ont été à ce point banals qu'on se demande si c'est vraiment lui qui les écrit (pour plus de détails, lire ICI).

Il y a pourtant pléthore de bons sommeliers en Belgique, et même quelques journalistes potables. Certes, tous ne souhaitent pas coopérer avec un circuit de distribution qui, pour moi, n'est pas le meilleur allié de la restauration ni des amoureux du vin; mais bon, en cherchant bien, Carrefour peut trouver des gens capables... Et pourquoi ne pas met-il pas en avant ses propres acheteurs, plutôt que d'aller chercher ailleurs une quelconque caution morale?

Je ne me fais pas d'illusions, ce n'est pas cette chronique qui influencera en quoi que ce soit les choix de l'enseigne française ni des Bruneau, la première apportant l'argent et les seconds l'image. Mais vous comprendrez sans doute que je compte allègrement sauter la conférence de presse organisée pour annoncer cet "événement".

D'ailleurs, à cette date, je donne une formation... à la dégustation.

17:54 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |

Commentaires

Hervé,
Lorsque tu dis "quoi qu'on en pense" c'est toi qui pense? Car pourquoi Carrefour ne serait-il pas un bon allié de la restauration et des amoureux du vin, comme d'autres grandes surfaces?
Comment tu comptes allégrement "sauter les Cnférences de Presse et que tu donnes deours de formation à la dégustation, proposes donc tes servives aux Bruneau
Sans rancunes ?
Louis

Écrit par : Louis Havaux | 28 août 2012

Répondre à ce commentaire

Cher Louis,

Content de te lire. Tu as écrit par ailleurs que, comme tu t’ennuyais en vacances, tu prenais du plaisir à lire Hervé, après l’avoir découvert, même si vos avis divergent souvent. Je te conseille aussi la lecture des billets de http://coumemajou.jimdo.com/blog/billets/. Il n’est pas sûr que tous t’emballent mais on me dit distrayant et j’y mets un certain soin.
Par contre, je pense moi que la GD signifie la PERTE à moyen terme de tous les petits producteurs, agricoles et parfois autres, et pas seulement des vignerons.
Ce mode de distribution ne sert pas du tout les intérêts des consommateurs, pas plus que celui de la production artisanale. Il est taillé sur mesure pour l’agro-alimentaire, avec le soutien des milieux financiers et politiques.
Ceci ne constitue pas du tout des slogans creux d’un vieux gauchiste sur le retour, mais décrit exactement la situation.
Je ne dis d’ailleurs pas que c’est immoral : on peut vouloir favoriser les grosses exploitations à caractère semi-industriel, gérées par un financier qui n’est pas un spécialiste de son domaine agricole mais bien un « manager » formé dans les écoles de gestion, et qui emploient de la main d’oeuvre spécialisée (vigneron, fermier, oenologue, brasseur, agronome, fromager, pâtissier ....), salariée et facilement révocable. C’est un choix de société, mais ce n’est pas le mien et non plus celui d’Hervé, si j’ai bien compris.

Écrit par : Luc Charlier | 29 août 2012

Carrefour peut se permettre de vendre du vin en perdant de l'argent, le cas échéant, car il gagne de l'argent sur d'autres rayons. Ce n'est pas le cas des spécialistes.
Les producteurs qui croient faire des affaires avec la GD s'en mordent parfois les doigts et j'espère pour lui que ce ne sera pas le cas de ton fils.
Sans rancune, non.

Écrit par : Hervé Lalau | 28 août 2012

Répondre à ce commentaire

Mais tu as au moins raison sur un point, Louis, je ne dois pas prendre mes souhaits pour des généralités, j'ai donc remplacé "quoi qu'on en pense " par "pour moi". C'est plus exact. Merci.

Écrit par : Hervé Lalau | 28 août 2012

Répondre à ce commentaire

Au fait, qui sont les acheteurs, tu les connais?

Écrit par : Hervé Lalau | 28 août 2012

Répondre à ce commentaire

Associer un homme bien connu et talentueux des métiers de la bouche à un évènement vin n'est qu'une pure action marketing dont les grosses structures raffolent ...mais les puristes ne tombent plus dans le piège bien entendu. On touche le fond quand les grands restaurateurs se mettent à cautionner certains vins ou créent leur propre " ligne" de vin...souvent de bien piètres piquettes!

Écrit par : JN Gosselin | 29 août 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.