30 juin 2012

Jacques Berthomeau parle d'Alain Gayda - les Copains d'Abord

Je n'ai rencontré Alain Gayda que deux fois, lors de Toques & Clochers, dont il était une des chevilles ouvrières. L'homme a ses détracteurs (l'affaire du faux pinot, notamment, lui a permis de les compter), il a aussi ses partisans. Je ne connais pas assez le dessous des cartes, mais je ne peux qu'apprécier la fidélité en amitié de Jacques Berthomeau, qui, alors que Gayda vient de démissionner de son poste de DG à la Cave de Limoux, lui rend ainsi hommage sur son blog:

"Toutes les belles d’histoires d’amour ont une fin, et qui n’entreprend rien, ni ne risque rien n’obtient rien, Alain vient de quitter sa maison, sans doute le cœur serré, l’âme en peine, mais il faut qu’il sache que certains, comme moi le Taulier, je lui garde plus que mon amitié, une forme de respect pour le beau travail accompli. Tout le reste ce sont les vicissitudes de la vie, les bonnes intentions qui se heurtent aux dures réalités du marché et sans doute aussi, du côté des producteurs, une forme de contradiction mal assumée entre le nécessaire investissement dans le devenir de leur entreprise et, comme le disait Antoine Verdale l’audois, le revenant bon immédiat. Refais-toi une santé Alain, et compte sur tes vrais amis".

Comme on a toujours tendance à ramener les choses à soi, et c'est sans doute une erreur, mais je n'ai pas pu m'empêcher de penser que dans ma vie, lorsque j'ai connu de semblables vicissitudes, lorsque de grosse tuiles me sont tombées dessus, les quelques encouragements, et surtout la confiance de mes rares vrais amis m'ont été très précieux. Ils se reconnaîtront, et quant aux autres, idem.

Alors bravo Jacques, et merci de cette belle leçon. Comme disait le Sétois: "Les Copains d'abord".

07:22 Écrit par Hervé Lalau dans Languedoc | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.