22 avril 2012

Election présidentielle: les résultats

Le quotidien bruxellois "La Libre Belgique" consacre une page spéciale aux élections présidentielles françaises, sous le titre "Suivez en direct les résultats de l'Election Présidentielle Française".

A titre personnel, je vous conseille plutôt d'attendre 20h et  de vous connecter  à un media français: vous aurez non seulement les résultats mais aussi des commentaires un peu plus intéressants - parce qu'intéressés.

Toujours à titre personnel, je pense que la presse belge devrait d'abord s'occuper de ce qui se passe en Belgique plutôt que de se consacrer, comme la Libre Belgique cet après-midi, qu'aux seules présidentielles françaises - a priori, elle le ferait mieux.

En attendant, et pour en revenir au thème qui m'est cher, je lève mon verre de Meursault à la santé du président qui saura rendre à la France sa culture du vin. Vaste programme!

PS. 19h36: La RTBF n'a pas pu s'empêcher de faire état ses "résultats" (ou faut-il plutôt parler d'approximations, avec une marge de 3%). La loi française qui interdit de publier des résultats avant 20h a donc bien été contournée. Il fallait l'entendre, M. Brigode, se féliciter d'aller "plus vite" que ses confrères français...

 

16:53 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France | Tags : elections présidentielles, france, la libre belgique | Lien permanent | Commentaires (31) | | | |

Commentaires

Et vous vous devriez vous contenter de donner des conseils sur le vin

Écrit par : GERMAIN | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

et toi,tu devrais ne donner aucun conseil.

Écrit par : sdf | 22 avril 2012

Mais c'est ce que je fais, M. Germain. Je ne vous donnerai jamais aucun conseil politique. Et ma critique à l'encontre de La Libre n'est absolument pas politique, elle est d'ordre journalistique.

Écrit par : Hervé Lalau | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

Il est parfois bon de penser et entendre hors de nos frontières. C'est toujours instructif le regard des "autres", non?

Écrit par : aki | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

On peut également regarder ce qui se passe chez nos cousins chimpanzés :-) Prises de pouvoir, luttes d'influence, bluff, intimidation, opportunisme, manipulations, règlements de comptes... Voici un ouvrage du primatologue Frans de Wall fort intéressant qui peut nous permettre de mieux comprendre le comportement de nos hommes et femmes politiques. Je vous encourage à le lire. Plus d'information ici : http://0z.fr/UmnzZ

Écrit par : jmb | 23 avril 2012

Je suis absolument d'accord avec vous, les médias belges devraient s'occuper de leurs affaires, et avoir un respect pour nos électeurs.

Écrit par : Alice | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

Vous ne semblez pas avoir pris conscience du fait que nous sommes directement concernes par les élections françaises. Si jamais Hollande devenait président, je crains fort qu'il n'entraîne non seulement la France, mais surtout toute l'Europe et même le monde dans une spirale catastrophique. Nous sommes donc directement concernés. Les pays ne sont pas isolés les uns des autres: il y a des échanges commerciaux, industriels etc. extrêmement importants avec des interactions qui ont des conséquences sur notre quotidien. Il est donc logique que nous soyons des observateurs attentifs -et bien placés pour juger-prêts à prendre des mesures d'urgence pour nous protéger. Je souhaiterais que certains commentaires soient un peu plus réfléchis, plus pertinents, moins agressifs et surtout, plus intéressants à lire. Arrêtez vos petites guéguerres stupides et inutiles.

Écrit par : J. de Montignies | 23 avril 2012

Sympa! C'est vrai que les media français sont une référence dans le domaine du respect des autres...

Sans mauvais jeu de mots, une certaine France et nombre de français nous saoûlent... notamment les chauvins avinés dotn la culture semblent s'arrêter à leur vinasse...

Écrit par : Adem | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

Pour qui vous prenez vous donc ? La presse doit-elle être à ce point muselée, qu'elle ne puisse franchir ses frontières ? Des médias français commentent régulièrement la politique belge, pourquoi pas l'inverse ? Et en matière de vin, par exemple, les meilleurs spécialistes ne sont pas nécessairement français, même quand il s'agit de produits de l'Hexagone. Contentez-vous de boire et ne vous prétendez donc pas journaliste !

Écrit par : Jo Dart | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

A Jo Dart
Je ne me prétends pas journaliste, je le suis. Carte de presse et tout le toutim. Même si ce blog, lui, n'a pas vocation journalistique, évidemment.
Et lisez un peu mes billets avant de réagir! Bien sûr que les medias belges ont le droit de commenter la politique française. Mais de là à ne donner à leurs lecteurs que cela à lire sur leur site comme ce soir sur la Libre, non, ce n'est ni normal ni journalistique. Par ailleurs, comptez un peu le nombre de dépêches AFP sur la politique française publiées sur le fil info du Soir ou de la Libre, sans aucune modification, sans aucun recul. Vous appelez ça du journalisme!

Écrit par : Hervé Lalau | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

Votre réponse me confirme ma première impression. Vous ne connaissez du journalisme que l'éventuelle notoriété qu'il peut vous apporter. Comparez la carte de presse et "tout le toutim" (pour vous reprendre) et "l'habit qui ne fait pas le moine". Pourquoi une dépêche de l'agence AFP, rédigée par de véritables journalistes (eux !) ne pourrait-elle pas être reprise dans les journaux belges, comme elle l'est dans l'immense majorité des journaux français ? Il est fort bien d'être le représentant des journalistes de la presse du vin. J'espère être bientôt celui des journalistes du pastis 51...
Plus sérieusement, restez dans votre domaine (vinicole, évidemment) et ne m'appelez pas "confrère", je ne crois pas que nous faisons le même métier. Les réactions que vous enregistrez en témoignent.
En toute simplicité, mon cher Hervé !

Écrit par : Jo Dart | 22 avril 2012

A Aki. Oui, vous avez raison, le regard des autres est à la fois instructif et bienvenu. J'habite en Belgique depuis 25 ans et j'aime ce regard. J'apprends beaucoup au contact des Belges. Mais je n'admets pas que mes confrères belges (ou plutôt leurs médias) se laissent aller à la facilité. En faisant l'impasse sur l'actualité belge, au profit d'un cirque électoral qui ne les concerne pas, j'estime qu'ils font de la non-information.

Écrit par : Hervé Lalau | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

Cher Hervé,

Je n'ai pas un avis tranché sur le sujet du rôle de la presse étrangère. . Mais je remarque une chose qui me choque dans votre réponse: la qualification de cirque électoral. Je trouve cela assez méprisant finalement pour le monde du cirque et pour l'électeur actif et inquiet que je suis..
il y a un vrai enjeu à cette élection qui n'a pas pu vous échapper, et il me semble légitime d'être impatient d'en connaître les résultats. L'enjeu me parait tout aussi Français qu' Européen. Voilà qui me donnerait tendance à comprendre l'engouement de la presse Belge. Je n'ose dire ici, que le monde entier est concerné non pas par nos élections françaises seules, mais celles de la planète.
N'avons nous pas été en apnée nous aussi aux dernières élections américaines?
Ne pouvons nous pas penser à l'échelle de notre planète?

Écrit par : aki | 22 avril 2012

Je vous remercie pour le retrait à la référence du cirque..
Pour le reste, je suis bien d'accord, c'est toute la difficulté d'une presse indépendante donc forcément soumise aux résultats économiques.
Pas facile dans ce cadre de démêler les intérêts..
Disons que le lecteur a le choix de s'y retrouver ou pas..

Écrit par : aki | 22 avril 2012

Un dérivatif

@Hervé et tous les autres
Je ne sais pas ce qui justifie vos courroux respectifs mais, vu l’intensité de ceux-ci, le sujet doit être « sensible ».
Quelques pistes :
(i) et si la Flandre (et sa presse) se foutait pas mal de ce qui se passe en France, ou en tout cas ne le commentait pas autant que la Wallonie. Lisez aussi les journaux flamands, si vous le pouvez.
(ii) et si la politique française ne servait que de dérivatif aux francophones anxieux de voir s’approcher la fin (potentielle) de la Belgique unitaire
(iii) et si les vieux nationalismes – je rappelle le point de vue de Léon à ce sujet –se réveillaient, comme avant chaque conflit et au moment de chaque crise économique
(iv) et si mon ami Hervé était un peu pointilleux et irritable pour le moment
(v) et si ses lecteurs ne percevaient pas en permanence son extrême sensibilité, ce qui constitue un de ses atouts majeurs à mes yeux

Là, pour une fois, je ne fais que vous offrir des pistes.

Écrit par : luc charlier | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

Luc. C'est gentil, ce que tu dis. Oui, en effet, je suis un peu sur les nerfs. Je ne peux pas dire que les résultats me comblent, mais ça, c'est personnel.
Surtout, j'ai la faiblesse de croire en une certaine forme de journalisme d'information (que je pratique du mieux que je peux, imparfaitement, mais de bonne foi), et je vois trop d'exemples de déviances en ce moment. Pas seulement en Belgique, bien sûr.

Écrit par : Hervé Lalau | 22 avril 2012

A Adem. Les Français sont de moins en moins avinés, si j'en crois les chiffres. La consommation de vin a chuté en France et notamment dans les jeunes générations. De même qu'en Belgique, la consommation de bière recule.
Je vous trouve bien méchant avec mes compatriotes. Moi j'aime les Belges en général.
Et je vous ferai remarquer que je ne suis pas le dernier à réprouver les mauvais comportements de la presse française. Qui aime bien châtie bien, que les journalistes soient français ou belges.

Écrit par : Hervé Lalau | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

C pas Sarko qui va gagner c ta mère en strig de guerre

Écrit par : Adrien | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

A Adrien. Merci pour l'info! C'est votre sondage perso?

Écrit par : Hervé Lalau | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

que est ce que n en rien a foutre de le France et de ces élu venu du peuple élu

Écrit par : mehdi | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

Il n'y a pas de peuple élu, juste des hommes et des femmes qui se valent tous sous le soleil.

Écrit par : Hervé Lalau | 22 avril 2012

Cher Aki,

Oui, l'expression de cirque électoral est sans doute malheureuse, car il y a en effet des enjeux. Et puis le droit de vote, il y a des pays qui nous l'envient. Mais je pensais à ceux qui ont monté en épingle la "spéciale électorale" dans les rédactions belges, et pour qui cela n'avait pas d'autre impact que l'audimat. En ce sens, c'était un cirque.
Je veux bien retirer l'expression si elle vous choque.
Dès demain, de toute façon, je retourne à mes chroniques vineuses et j'espère qu'elles vous plairont - même si je ne les écris pas pour plaire, d'ailleurs, plutôt pour témoigner.

Écrit par : Hervé Lalau | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

A M. Jo Dart,
Votre réponse me consterne. Je me moque de vos sarcasmes sur la presse du vin et sur ma petite personne qui ne cherche aucune publicité ni mise en avant. Mais pour la profession dans son ensemble (même votre version, puisque vous travaillez pour la Libre Belgique), je maintiens qu'il nous faut fouiller l'info, ne pas se contenter de reproduire des dépêches pré-mâchées, souvent incomplètes; et surtout pas celles qui n'intéressent personne si on ne les explique pas, si on ne les met pas dans le contexte. Il y a 20 exemples par jour de ces dépêches franco-françaises que l'on sert aux Belges comme la soupe. Si c'est la vôtre, je vous la laisse et avec elles, vos leçons, cher confrère.

Écrit par : Hervé Lalau | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

Waouh et encore on n'en ai pas à défendre sa terre, sa maison, sa femme, son enfant ou sa liberté!
Je ne crois vraiment pas au pouvoir des mots quand ils sont à l'unique solde de l'agressivité, corporatiste qui plus est!
Arrêtons de regarder nos nombrils, il n'y a ps de vrais ou faux journalistes.
faites fi de l'élitisme au profit de l'union des idées et de ses débats sereins, libres et ouverts.

Écrit par : aki | 22 avril 2012

Cher Hervé,
Vous faites au moins erreur sur une chose: je ne travaille pas pour la Libre Belgique. Je respecte la presse du vin, comme les autres. Je n'aime pas qu'on galvaude l'appellation "journaliste". Cela arrive, hélas, trop souvent. Les journalistes des agences de presse ont, assurément, un métier plus compliqué que le vôtre et que le mien. Ils ne peuvent pas se contenter d'approximation, ni se permettre de jugement personnel. J'en discuterais volontiers avec vous "hors blog" !
Pour Aki: mes propos ne se veulent pas agressifs et s'ils sont ressentis comme tels, je le regrette. Le débat est intéressant et ils sont rares les blogs ou sites divers, où les commentaires des lecteurs demeurent "lisibles" et "acceptables". Je reconnais à Hervé, que je ne connais pas, d'avoir lancé ce débat. Et j'avoue, aussi, m'intéresser beaucoup à la vigne et au vin !
Jo Dart

Écrit par : Jo Dart | 22 avril 2012

M. Aki,
En ce qui me concerne, je ne soutiens pas l'élitisme ni le corporatisme. Au contraire, je suis pour le dialogue et la diffusion des connaissances. Je pense juste que le lecteur à le droit d'être bien informé.
Je ne suis pas compétent en dehors de ma sphère, mais quand je lis le nombre d'erreurs dans les dépêches qui concernent le vin (même si M. 'Dart" me dit qu'elles sont écrites par des journalistes), je me dis que cela doit arriver ailleurs.
Pour éviter cela, il suffirait qu'on donne aux journalistes des rédactions qui reçoivent ces dépêches la possibilité de les retravailler, d'enquêter de faire leur boulot. Il faudrait aussi qu'ils soient plus nombreux, pour ça.
Je me rappelle que tout la presse régionale française, il y a deux ans, a recopié une dépêche AFP où le nom de Vranken était orthographié Wranken, y compris l'Union de Reims, le journal de la région où Vranken-Pommery est situé...
Plus récemment, j'ai pu constater, dans le cas d'une fraude aux Bourgogne, que mes confrères se bornaient à diffuser un communiqué du procureur sans chercher à savoir qui était le fraudeur.
J'ai tout autant que vous horreur de l'agressivité. Mais on ne peut défendre l'indéfendable. Le journalisme doit en revenir à ses vraies valeurs, à ce qu'il peut apporter de plus, sinon, il disparaîtra.

Écrit par : Hervé Lalau | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

M. Dart, votre adresse email m'a induit en erreur. Je vous ai pris pour un autre.
Quoi qu'il en soit, je préfère aussi un débat plus calme où l'on peut exposer ses arguments sans mettre en doute la compétence de l'autre, qu'a priori, on ne connait pas.
En ce qui me concerne, j'ai l'esprit confraternel, et je ne souhaite qu'une chose: que le journalisme - tout le journalisme, où qu'il s'exerce - ait encore l'occasion de prospérer demain.
A propos des journalistes d'agence. Oui, sans doute, leur métier est ingrat. Mais s'ils ont un doute, ils peuvent aussi appeller des spécialistes. A condition qu'on leur en donne le temps, évidemment. Et le temps, dans une rédaction, c'est de l'argent, cela dépend du nombre de rédacteurs, de l'importance qu'on accorde à la qualité. Aujourd'hui, il semble malheureusement que la primeur, le scoop l'emporte souvent sur la qualité.

Merci à tous, en tous cas, d'être venus sur ce ce modeste blog parler avec moi de telles choses.

Écrit par : Hervé Lalau | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

Plusieurs sujets

1) « Les » agences de presse ?
Quelle blague ! Tout est AFP, Associated Press, Reuters ... bonnet blanc et blanc bonnet, « twee handen op één buik » et à la solde du grand capital, émirs du Quatar et autres !
2) A-t-on encore besoin des « journalistes » traditionnels ?
Pour info, c’est la formation de mon fils aîné, que j’adore (le fils, pas la profession).
Moi, sûrement PAS. Mais essayez un pays sans journalistes, et c’est la dictature assurée !
Donc, en fait, ils sont un mal nécessaire.
3) Pourquoi sont-ils si nuls, si fats, si superficiels, en règle générale ?
D’abord, parce que les meilleurs ne sont pas ainsi et que donc il est simpliste de généraliser.
Ensuite, parce qu’ils ont un certain POUVOIR et que le pouvoir rend veule. Ce n’est pas moi qui l’ai inventé. Voir les hommes en uniforme, les enseignants, les juges, les blouses blanches ... etc.
4) Les vrais « grands » reporters meurent au front, ou bien disparaissent de l’avant-scène politique. Forcément, si on est intelligent ET honnête, on ne peut finir qu’anti-capitaliste (à droite ou à gauche, peu importe). Et, comme le capitalisme gère tout et entend bien continuer ainsi, on vous élimine (physiquement, de manière exceptionelle, ou pratiquement, sans toucher à votre intégrité physique = mise au placard).
5) Ce sont les bouddhistes qui ont raison, surtout dans leur forme tibétaine : le bonheur passe non pas par l’assouvissement des désirs, mais par leur suppression. L’aplatissement des affects entraîne la félicité. Toutefois, une seule division blindée chinoise suffit à exterminer tous les lamas. Doit-on préférer un monde qui entreprend, critique, brime, opprime et crée ?
Alors, il faut des capitalistes, des dirigeants, de la pollution ... et des journalistes pour commenter tout cela. Ou alors faut-il un monde « peace & love », krishna, Abbé Pierre et de joue gauche tendue quand on frappe la droite ? Je n’en sais rien. Il est 11 heures du soir, je viens de boire un Château la Lagune 1982 – oui, moi, du Bordeaux !!!! – et Madame Lepen est malheureusement TRES bien placée pour remporter le deuxième tour, ce qui entraînerait immédiatement la fin de mon domaine viticole. Je vais tenter d’aller dormir.
AMIS FRANCAIS : VOTEZ HOLLANDE AU DEUXIEME TOUR ! Bien sûr qu’il n’est pas enthousiasmant, mais sans cela, plus de Coume Majou !

Écrit par : luc charlier | 22 avril 2012

Répondre à ce commentaire

Je reprends la dernière phrase du commentaire de J de Montignies :
"Je souhaiterais que certains commentaires soient un peu plus réfléchis, plus pertinents, moins agressifs et surtout, plus intéressants à lire. Arrêtez vos petites guéguerres stupides et inutiles"
Alors moi je veux bien qu'en mettant à profit votre souhait de commentaires réfléchis et pertinents , vous nous expliquiez comment vous pouvez parler de Catastrophe mondiale si Hollande est élu en France?
Quelles données économiques et politiques répondant à quelles propositions de son programme vous inspire cette peur et ces prédictions très alarmistes?
Je vous en remercie

Écrit par : J. de Montignies | 23 avril 2012

Écrit par : aki | 23 avril 2012

Répondre à ce commentaire

Je suis effaré de constater le flot d'agressivité suscité par cette polémique politicienne et qui me fait conclure par qq remarques:
* content de ne m'intéresser que superficiellement à la politique!
* heureux de n'avoir jamais eu besoin d'un quelconque soutien politique pour assurer ma carrière professionnelle...donc pas de merci ,ni courbette à l'égard de cette castre très spéciale!
* La politique n'a jamais interféré dans mon bonheur quotidien!
* Que faut il penser de ce méga show de communication...juste qq axes de réflèxion:
- Gérer la politique d'une nation est bien plus compliqué que qq slogans lancés à la cantonnade!
- Au dessus des décisions politiques nationales, planent les nuages de la mondialisation et de l'économie au quotidien qui continueront à soufler le chaud et le froid et face auxquels nous devons impérativement nous adapter!
- Nous devons, dans le cadre d'une société favorable à la liberté d'entreprise , sauvegarder la solidarité qui me paraît être un patrimoine dont une société d'avenir ne pourra jamais se passer au péril de sa survie!
Amen....

Écrit par : JN Gosselin | 24 avril 2012

Répondre à ce commentaire

Oui, Jean-Noël, je partage votre effarement et m'abstiendrai, non pas de voter, mais de commenter des choses qui me dépassent.

Écrit par : Hervé Lalau | 24 avril 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.