31 juillet 2011

Morella, ou une wallaby dans les Pouilles

En réponse à ma question du mois dernier, "Qu'est-ce qui vous intéresse sur un blog?", quelques uns d'entre vous ont évoqué les portraits de vignerons ou de vigneronnes, les histoires d'hommes et de femmes. Qu'à cela ne tienne, je peux vous parler d'une belle recontre que j'ai faite dans les Pouilles, lors du concours Radici.

La dame (car c'est une vigneronne) s'appelle Lisa Gilbee. Elle est Australienne, et elle a d'abord exercé ses talents d'oenologue dans la Margaret River. Mais cela fait une bonne quinzaine d'années qu'elle traine ses guêtres en Italie, d'abord au Nord, puis dans les Pouilles, où elle a rencontré Gaetano Morella, son mari. C'est le nom de son domaine et de ses enfants.

L1030676.jpgLisa Gilbee (Photo H. Lalau)

Lisa a une jolie tête bien pleine; elle parle en mots simples de sa carrière, de son parcours, de ses aspirations, de ses vins. On devine en elle le bouillonnement des sentiments, l'attachement à sa nouvelle terre, et le désir d'en tirer le meilleur.  Il faut parfois venir d'ailleurs pour se rendre compte du potentiel, pour pouvoir passer outre les usages, les habitudes, les banalités. Lisa sait faire, car c'est est une fonceuse, une femme de caractère; aussi aime-t-elle les vins de caractère, si vous me permettez ce raccourci facile.

En tout cas, elle s'est mise en tête de réhabiliter les vieilles vignes de Primitivo, les "bush vines", comme elles les appelle - n'y voyez aucune allusion à son Australie natale, c'est comme ça que les Anglophones appellent les vignes en gobelet.

Avant de faire la conversation à ces vieilles signoras, j'ai dégusté le blanc du domaine, un fiano:

Morella Fiano 2010
De la poire, de l'aubépine et de jolies notes fumées au nez, une belle bouche très lisse, crémeuse, un boisé harmonieux, et en finale, une superbe amertume. Un vin puissant 14/20


J'ai poursuivi avec les rouges. D'abord un assemblage de jeunes vignes vinifiées en "open fermenters".

Morella Primitivo negroamaro 2008
On a bien le fruit noir du negroamaro au nez, les notes sauvages et épicées du primitivo arrivent plutôt en bouche; final un peu sur le bois, mais pas exagéré 14/20


J'ai aussi dégusté un assemblage inhabituel:

Morella Primitivo Malbek 2008
Au nez, c'est plus serré, on donne dans la cerise et la groseille à maquereau; en bouche, c'est frais, plus tannique, avec de belles notes fumées en finale. 13,5/20. Notez l'orthographe local de Malbek. Un cépage qu'on prend pour local, dans les Pouilles, depuis qu'il a été planté ici par les Bordelais à l'époque du phylloxéra.

 

Passons maintenant aux choses sérieuses... ou en tout cas, à ce qui passionne la belle Lisa; et notons que sa technique semble s'améliorer un peu avec chaque millésime. Je veux dire, on voit qu'elle sait vinifier, c'est sûr. Mias elle gagne en précision dans l'approche de ses vignes et de leur potentiel.

Enfin, pour autant qu'un quart d'heure avec elle et ses vins me permettent d'en juger. Un portrait, c'est chouette à faire, mais il faudrait vivre un peu avec les gens pour affiner le trait... Mais il y avait d'autres vins à déguster ce jour-là, c'était la présentation qui préludait au concours.

Morella Old vines primitivo 2007
Grenade, amande amère, moka au nez; en bouche, cacao, fumé, une belle interprétation du primitivo, de superbes tannins lisses, et aussi une très belle fraîcheur acide. La preuve qu'on peut être à la fois un vin sérieux et gourmand. 16/20

Morella La Signora 2007
Nez plus austère,  fruit noir cuir, notes grillées; en bouche, une belle profondeur, les tannins sont plus rugueux, on note aussi pas mal de salinité. A attendre. 14,5/20. Il s'agit d'une parcelle de clones différents, les vignes ont 60 ans

Morella La Signora 2005
Fruit sauvage, cassis, réglisse au nez; en bouuche, du cacao, des épices, des herbes du maquis; un vin plus sauvage,  le Primitivo reprend le dessus. 15/20

Morella Old vines  Primitivo 2001
Plus poussiéreux au nez; en bouche, la texture est presque crayeuse; c'st plus strict, plus sévère. En finale déboule du fruit cuit, confituré amis c'est un peu court.13/20


00:00 Écrit par Hervé Lalau dans Australie, Italie, Vins de tous pays | Tags : vin, vignoble, pouilles, australie | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

30 juillet 2011

Sans moi, les gars!

Non, je ne commenterai pas dans le détail la descente de Nicolas Sarkozy à Châteauneuf-du-Pape; je n'ai pas l'habitude de tirer sur les ambulances, même quand elles sont en tournée électorale (ce qui pourrait être qualifié d'abus de biens sociaux).

Je ne fais pas de politique, les déclarations m'intéressent moins que l'action, et puis, si le président avait seulement montré dans ses actes autant d'intérêt pour le vin que dans la déclaration du candidat Sarkozy à Sancerre, il y a 5 ans...

Le plus triste, c'est que pour une fois qu'il fait mine de s'intéresser à la viticulture, les questions abordées à Châteauneuf ne sont pas les bonnes.

Aucun viticulteur ne devrait se battre pour les droits de plantations, qui ne sont rien d'autre que du protectionnisme, du corporatisme, le combat pour les droits acquis, les rentes de situation (tiens, incidemment, c'est ce même raisonnement qui a conduit à la pénurie de médecins dans les zones rurales).

Ils devraient plutôt se battre pour que demain, les conditions de marché soient réunies pour que des jeunes s'installent et puissent gagner leur vie. Pas par des subventions, pas par des primes, pas par de la mendicité administrée. Par le vin qu'ils produisent, parce qu'il aura un débouché. Qu'ils auront adapté leur produit à la demande. Diversifié leurs circuits de vente. Car je n'appelle pas un circuit de vente la coopérative ou le négociant qui brade ses invendus au hard discount.

Des questions, moi, j'en ai pour le président et pour les vignerons.

Quid de la politique d'assurance qualité? Comment éviter demain des affaires comme celles du faux pinot noir?

Quand élaguera-t-on dans les appellations? Ne vaut-il pas mieux moins de mentions que des mentions dévaluées?

Quid de l'impact écologique? Que fera-t-on pour baisser la consommation de pesticides de la  viticulture française?

Aucun viticulteur ne devrait s'intéresser aux campagnes de promotion pour l'export (aussi importantes soient-elles) avant d'avoir obtenu de l'hyper-président qu'il hyper-ventile un marché français en très mauvaise posture.

Fera-t-il mettre à l'ordre du jour la proposition de loi pour déclarer le vin élément de culture, et le déconnecter des alcools forts? Je ne l'ai pas entendu.

Donnera-t-il des instructions au Parquet pour que la loi Evin soit interprétée dans un sens moins restrictif? Je ne pense pas qu'il en a été question.

Initiera-t-il des campagnes de consommation responsable, d'éducation à l'alcool, sur le modèle d'Educalcool au Québec?

C'est de tout ça qu'il aurait fallu parler, à mon sens.

A défaut, les étrangers qui viennent en France vont vite s'apercevoir à quel point les Français se détournent du vin, ce qui n'est pas très vendeur. Et M. Sarkozy pourra faire une croix sur son exportation.

Pensez-vous d'ailleurs que tous les vignerons s'intéressent à l'exportation? Loin de là. Combien de petits exploitants ont les moyens de l'export, de prospecter, surmonter les obstacles administratifs, etc...

En mettant l'accent sur les marchés extérieurs, M. Sarkozy favorise les grosses structures. En ne faisant rien pour le marché intérieur, il fait du tort aux petits producteurs. Ceux-ci sont deux fois punis. Ils n'ont plus qu'à travailler plus pour vendre moins et moins cher.

Et puis, soyons sérieux: comment peut-on justifier de pousser l'exportation d'un produit qu'on recommande d'éviter à ses propres concitoyens?

Alors, sans moi, les gars!

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Rhône | Tags : vin, politique, sarkozy, châteauneuf | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |