13 janvier 2011

Ou l'on reparle du bouchon et de la capsule... pour les grands crus, cette fois

Sur le site du Grand Jury Européen, je vous conseille de lire le compte rendu de la dernière dégustation effectuée chez Laurent, dont les résultats sont disons, "intéressants". C'est ICI

Je ne vais pas disserter sur le palmarès, François Mauss l'a fait et bien fait. Il prouve en tout cas l'utilité du GJE.

Non, moi, ce sur quoi je voudrais rebondir, c'est sur la présence, lors de cette dégustation, de deux "bouteilles à défaut" du même château, en l'occurrence Léoville Las Cases.

Comme je suppose que ce cru vendu 292 euros ne mégote pas sur le prix du bouchon, et qu'il s'agissait de  deux 2005, et non d'un millésime antédiluvien, je trouve que cela pose problème.

IMG_0014.JPGLe 23 septembre 2007, j'étais de passage chez Léoville Las Cases et j'ai photographié ces caisses du millésime en question.

Sur ce blog, lors de notre dernière discussion sur ce thème du bouchon, il y a une semaine environ, d'aucuns ont émis l'avis que oui, bien sûr, on pouvait accepter la capsule pour les vins blancs à boire jeune, mais que pour les rouges de garde, les grands crus, c'était vraiment inimaginable.

Ce qui est inimaginable, pour moi, c'est que le travail de vignerons qui mettent tant de soins et de moyens à nous élaborer des vins de classe, puisse être mis à mal par un des seuls éléments qu'ils ne maîtrisent pas totalement, à savoir le bouchon.

Et à ce prix là (je veux dire, si j'étais client de vins à ce prix-là), si je tombais sur deux bouteilles bouchonnées, et bien, je crois que je me ficherais un coup de marteau sur le pied, histoire d'oublier à quel point j'ai mal à mon amour-propre et à mon portefeuille. Heureusement, ce ne sera jamais le cas, car aucun vin ne vaut ce prix pour moi.

Au fait, quel est le coût de production? 35 euros à tout casser?

Le reste, c'est le prix du mythe et de la rareté (enfin, parfois). Mais moi, à ce tarif-là, je trouve le mythe astringent et la rareté me laisse une sale finale en bouche, sans même parler du goût de bouchonné.

Et dire qu'il y en a, même parmi les aficionados des grands crus, qui vous déclarent, péremptoires, qu'un La Livinière ou qu'un Fronton à 35 euros, c'est du vol...

Soutenir ainsi mordicus "le bon vieux liège" et un classement datant de 1855, moi, ça me fait rire. Excusez, c'est nerveux...

 

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France, Languedoc, Vins de tous pays | Tags : grand cru, capsule, bouchon, bordeaux, vin, vignoble | Lien permanent | Commentaires (19) | | | |

Commentaires

Je vais rencontrer Mr Delon pour parler de ça : il est averti de cette histoire.
C'est d'autant plus énervant qu'on parle là d'un cru dont le prix n'est quand même pas à la portée de tous : lavinia naturellement ne remboursera rien, et je doute qu'à la propriété, ce soit différent.
M'enfin, comme dirait Gaston !

Écrit par : mauss | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

et ça se dit journaliste, mon pauv' lalau, au pays des aveugles............ on vous fait gober n'importe quoi, peut être un jour y aura-t-il un journaliste français qui s'intéressera à l'investigation! espèce de gros naïf! un benêt! UN de plus!

Écrit par : alain | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

Demandez donc à M. Dufour (président d'Interloire) pourquoi il choisit la capsule pour l'export et voudrait bien le proposer en France.
Et pour l'investigation, vous retardez, la critique a déjà été faite. Amusant comme ça devient récurrent de m'asséner ce mot quand on n'est pas d'accord avec moi.
Et vous monsieur, vous avez fait de l'investigation sur les bouchons de Léoville? Qu'il y at-il a investiguer? Bouchonné, c'est bouchonné.
Un conseil, mon pauv'Alain, changez de blog, ou apprenez la tolérance.

Écrit par : Hervé Lalau | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

le goût de bouchon ok, mais est-on certain que la contamination provient de lui? les TCA peuvent provenir d'autre chose.

Écrit par : enzo d'aviolo | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

c'est pas de ça que je parlais quoique!! les problèmes récurrents de bouchons chez certains mériteraient peut être quelques questions!
non c'était plutôt ceci si le baron de lestac organise la prochaine dégusation et arrive 1er devant tous les 1er GCC, je suppose que vous allez être émerveillé par les progrès de castel! brave enfant! niveau critique d'une huître, mais heureux ! même les "membres" de la dégustation commencent à ricaner à l'annonce des résultats! dans une quinzaine d'années on peut penser qu'ils se poseront des questions?

Écrit par : alain | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

C'est vrai, mais ce ne serait pas plus rassurant.
Le vin aurait-il été mal stocké chez Léoville, son négociant ou chez Lavinia?
On peut apparemment écarter Lavinia, puisque les autres vins n'avaient rien.
Il y aurait-il eu contamination par des pallettes ou des bois? Ce problème a été découvert dans les années 1980, on peut penser qu'un cru comme Léoville a pris les mesures qui s'imposent.
Mais bon, faisons le test: que Léoville encapsule une lot et l'on comparera dans 5 ans... Je ne demande qu'à essauyer de mieux comprendre.

Écrit par : Hervé Lalau | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

Alain, moi, je n'étais pas chez Laurent, et ce n'est pas ça que je commente.
Mais je crois M. Mauss un honnête homme. Plusieurs de mes amis participent de temps à autres à ses dégustations et ne m'ont jamais parlé d'arrangements. J'ai aussi lu le luxe de précautions dont il s'entoure. On peut toujours faire mieux, bien sûr, mais pourquoi douter d'emblée? Parce que la dégu est sponsorisée? Mais c'est écrit. Et si des membres de son jury ricanent (lesquels d'abord?), pourquoi participent-ils?
Bien sûr, une dégustation à un moment T ce n'est qu'une dégustation, mais si ce n'est pas infallible, n'est pas tout de même plus utile qu'un classement vieux de 160 ans et établi d'après des niveaux de prix de vente!

Enfin,je reviens à votre premier post. Investiguer sur quoi? La procédure est contrôlée par huissier. La dégustation se fait à l'aveugle. Les jurés sont connus et honorablement.
On peut discuter les résultats. D'ailleurs, moi, je ne suis pas favorable à un palmarès, ça ne me parle pas de mettre un tel derrière untel pour un dixième de points. Mais quant à accuser le GJE de malhonnêteté, il y a un pas que je ne franchis pas. Et que vous ne devriez pas franchir sauf à apporter des preuves de ce que vous avancez.

Écrit par : Hervé Lalau | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

Est-on certain que ledit défaut soit un goût de bouchon ? Je ne vois rien dans le post qui l'affirme (en même temps je n'ai pas tout lu...).

En tous cas, avant d'en passer aux capsules, il reste l'alternative des DIAM.

Écrit par : Jojo_Lapin | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

Oui, c'est du bouchon. C'est M. Mauss qui le confirme.
Le Diam? Là aussi, à essayer. Un lot de chaque. Au prix du Léoville, ça vaudrait la peine.

Écrit par : Hervé Lalau | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

vous ne voulez pas comprendre ou quoi? je vous demande si ce genre de dégustation où celui qui règle la totalité de la facture de l'organisation arrive systématiquement à une place prestigieuse ça ne vous interpelle pas quelque part: visiblement non! et je vous précisais que les dégustateurs semblent commencer à ricaner à l'annonce du résultat après avoir été informés du nom du vainqueur qui se trouve être comme par hasard l'organisateur!
je comprends mieux pourquoi je vous considère comme lou ravi de la profession

Écrit par : alain | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

Ben je préfère être Lou Ravi, Alain, que Lou Aigri.

Soupçonner pour le plaisir de soupçonner, quand les faits sont là, l'huissier, les caisses scellées, non, je ne vois pas ça comme une qualité professionnelle.

Écrit par : Hervé Lalau | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

qui vous parle "d'aigritude" la circonspection me semblerait à tout le moins de mise, l'année dernière aussi y avait huissier et tout le toutim et plein de bizareries!

Écrit par : alain | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

Hervé : il y aura toujours sur les forums et blogs des individus qui ne supportent simplement pas que les autres ne voient pas les choses comme eux. Désolé de constater qu'indirectement, je t'oblige à fréquenter ce genre de personnages.
Il n'y a que le mépris devant une telle négation de faits qui puisse être de mise, ou, car la vie est courte, une totale indifférence devant de si petites insignifiances.

LLC : je crois qu'il s'agit de problèmes de bouchons, mais ce n'est qu'un idée parmi d'autres à soumettre à Mr Delon à qui je vais porter ces deux bouchons.

Écrit par : mauss | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

Alain, soyez un peu plus couillu: puisque vous mettez en cause la probité et la compétence professionnelle de l'huissier, il va vous falloir des billes. Jusqu'où êtes-vous prêt à aller?

Écrit par : armand | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

Oui, Hervé, ces soupçonneux empêtrés dans leur fantasmes de complot sont ridicules. J'ai les mêmes à la maison et je trouve ça difficile. Comme si Mauss et le GJE pouvaient se permettre le moindre écart de probité. En plus, comme vous le rappelez, les jurés sont des dégustateurs émérites dont l'honnêteté ne saurait être mise en cause. Mais bon, l'internet produit ce genre de déviance. La liberté d'expression est une des formes de démocratie participative et, au fond, même si c'est pénible, ce n'est pas plus mal.
http://bonvivantetplus.blogspot.com/

Écrit par : nicolas | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

Le compte rendu de l'excellent Nicolas de Rouy (Bon Vivant), qui a assisté à la dégustation du GJE, a suscité également quelques réactions dubitatives, malgré les éléments de preuve apportés:

shttp://bonvivantetplus.blogspot.com/2011/01/lascombes-leoville-poyferre-et-mouton.html#comments

Écrit par : Hervé Lalau | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

De mon confrère Jim Budd, ce commentaire laisse sur les5duvin, pas piqué des hannetons (ni de TCA):

"It's time French producers who are fed up with corks to make a stand and just bottle their wine in their preferred closure.

I suggest that cork should be kept for wines below 3€ as they are cheap enough to buy a fresh bottle".

Commentaire n°4 posté par Jim Budd aujourd'hui à 11h50

Écrit par : Hervé Lalau | 13 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

Petit complément: le TCA (en général) peut-il provenir des barriques neuves? Ca se discute...

Lire ici: http://www.vitisphere.com/breve-57475-Barriques,Bataille,d%E2%80%99experts,sur,contamination,par,TCA.htm

Écrit par : Hervé Lalau | 14 janvier 2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.