31 juillet 2014

Palmarès des ventes de vins AOP en grandes surfaces françaises

Qui l'eut crû: bien qu'en baisse, les vins AOP représentent  toujours plus de la moitié des volume de ventes de vin en grandes surfaces en France, selon le panel IRI. Très exactement 50,9% (vins tranquilles uniquement).

IRI fournit aussi un classement par région des AOP, où l'on note surtout la chute de la Provence, de la Bourgogne et du Beaujolais; les seules régions qui progressent franchement sont le Languedoc-Roussillon et le Sud-Ouest.

Bordeaux : 14,4% (-3,6% sur un an)

Rhône : 9,4% (+1,9%)

Loire : 7,2% (-1,9%)

Provence et Corse : 4,9% (-7,7%)

Aquitaine et Sud-Ouest : 4,9% (+4,4%)

Languedoc-Roussillon : 4% (+6%)

Bourgogne : 2,2% (-6,3%)

Alsace : 2,2% (+0,8%)

Beaujolais : 1,2% (-9,1%)

Autres régions AOP : 0,6% (-2,3%)

 

Source: Iri/InterOc, avril 2014 

30 juillet 2014

Racolage en Côtes du Rhône

C'est la guerre entre les coopératives des Côtes du Rhône et les négociants-vraqueurs. Les premières accusent les seconds de chercher à détourner leurs adhérents de la coopération en leur proposant des contrats d'achat de raisins en direct. 

Plus surprenant, le Syndicat Général des Côtes du Rhône et son président Philippe Pellaton semblent avoir pris fait et cause pour les coopératives. Un courrier commun du Syndicat et de quatre fédérations de coopératives a été adressé aux coopérateurs qui condamne «ces pratiques racoleuses induisant des risques de fraudes avérés et déstabilisant nos coopératives en les privant d’apports qui sont diviseurs de charge".

La surprise étant de voir un syndicat de producteurs déconseiller à ses membres d'accepter une meilleure valorisation de leur production. Mais la contradiction n'est qu'apparente, le syndicat optant pour les contrats pluri-annuels et vantant "la politique d'innovation" et "la représentation efficace" des viticulteurs par la coopération.

Les "racoleurs" visés sont les négociants Raphaël Michel et Maison Lavau.

Curieusement, Raphaël Michel a pourtant des liens anciens avec la coopération, et notamment avec la Cave de Visan, dont il exploite un site de production (Volabis).

Par ailleurs, je m'interroge: en quoi l'achat des raisins par le négoce présente-t-il plus de risques de fraudes que celui par des coopératives?

Le syndicat incite les producteurs à "se poser les bonnes questions". C'est tout à son honneur. Mais encore ne faut-il pas produire de mauvais arguments. 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Rhône | Tags : racolage, négoce, coopération | Lien permanent | Commentaires (0) | | |