21 septembre 2017

Pas légale, la campagne du ministère de la santé?

C'est ce qu'il ressort en tout cas de la question à l'assemblée d'un parlementaire, M. Huppé (question publiée ce 19/09). Je cite:

"M. Philippe Huppé alerte Mme la ministre des solidarités et de la santé sur le manque de précaution pris quant au respect du code de la santé publique constaté dans la campagne d'information réalisée par le ministère des solidarités et de la santé, conjointement avec l'Institut national du cancer.

 

1505903984583-1931386399.jpg

Cette campagne, qui souhaite inciter les Français à modifier leurs habitudes alimentaires et notamment leur consommation d'alcool afin de prévenir les cancers qui lui sont imputables, présente, comme unique visuel, un tire-bouchon, symbole d'une guerre contre l'excès d'alcool qui ne s'attaque qu'à la consommation de vin.

L'utilisation de ce visuel se heurte en effet à l'article L. 3311-3 du code de la santé publique qui dispose que « les campagnes d'information menées dans le cadre de la lutte antialcoolique doivent comporter des messages de prévention et d'éducation. Ces messages ne doivent pas présenter de caractères discriminatoires entre les différents produits ».

Par ailleurs, cette discrimination, qui a auparavant déjà été constatée, contribue à donner une mauvaise image au vin dont l'apport culturel et économique pour le pays n'est plus à démontrer et qui constitue, selon les mots du président de la République, « un formidable atout pour le rayonnement de la France ».

Dans un contexte difficile pour les vignerons qui subissent de plein fouet les aléas climatiques, avec, en 2017 dans l'Hérault, la plus petite récolte enregistrée depuis des décennies, les producteurs de vin auraient de quoi être découragés par une campagne du ministère des solidarités et de la santé qui, une fois de plus, s'attaque à leur production alors qu'ils s'inscrivent dans une volonté d'amener à une consommation modérée et qualitative afin de lutter contre le fléau que représente l'alcoolisme".

 

Dites, ce ne serait pas la mer à boire, pour Mme Buzyn, de reconnaître son erreur et de faire amende honorable...

16:52 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

20 septembre 2017

Vendanges 2017 en Muscadet, chez Guilbaud Frères

 Je connais Pascal Guilbaud pour l'avoir rencontré, chez lui, au pays du Muscadet, ainsi que chez d'autres membres du Club Vignobles & Signatures. J'aime sa philosophie et les vins qui l'illustrent - je la résumerais par "moins, mais meilleur, et plus durable". Concrètement: la maison Guilbaud Frères élabore des vins de petits rendements,  met l'accent sur ses différents terroirs, via des cuvées particulières, les élève sur lie -longtemps- et les commercialise quand elles sont prêtes à boire et à montrer une complexité devenue malheureusement trop rare en Muscadet.

Je reçois ce matin un communiqué de vendanges tout à fait en ligne avec ce qui précède.

"Les vendanges ont débuté le 04 septembre par le Château de la Pingossière à Vallet et se sont terminées mi-septembre, «le jour où nous avons commencé celles de 2016», déclare Pascal Guilbaud.
«La demi-récolte annoncée suite aux gels des 25, 26 et 27 avril s’est confirmée, toutefois les raisins sur les vignes non gelées sont restés dans un état sanitaire parfait.
Les degrés alcooliques de 12 % minimum et l’acide malique de niveau idéal nous laissent présager d'un millésime de grande qualité». 

LesPremiersSoutirages.jpg

«Les premiers soutirages montrant de très belles lies propres et compactes présagent de beaux élevages sur lie, ce que nous affectionnons particulièrement».


11:06 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |