28 février 2015

Stigma, un tsipouro au safran

Je ne suis pas très attiré par les alcools forts en général, mais mon séjour en Grèce m'a donné l'occasion d'en tester de nouveaux - on ne refuse pas un verre de Tsipouro ou de Tsikoudia (les deux noms du marc de raisin, selon que l'on soit de Grèce continentale ou de Crète). 

Le marc est une tradition grecque aussi forte que l'ouzo. D'ailleurs, les deux se marient parfois - il existe des Tsipouros aromatisés à l'anis.

Plus rares sont ceux auxquels on ajoute du safran - je ne vous dis pas la couleur. D'ailleurs, je préfère vous la montrer.

IMG_5737.JPG

Le plus étonnant, c'est que le distillateur parvienne à préserver le arômes de raisin - du muscat de Hambourg, en l'occurrence. La bouche est étonnamment suave, pour un produit de ce degré, presque lisse - mais la finale déboule, fraîche et "hot" à la fois, épicée.

 

Bref, une expérience!

Ce produit très exceptionnel, baptisé Stigma, est l'oeuvre de la Coopérative de Tyrnavos, en Thessalie.

Il a obtenu une médaille d'or lors du Concours des Spiritueux de Thessalonique, voici quelques jours.

stigma.png

00:21 Écrit par Hervé Lalau dans Grèce | Tags : tsipouro | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | |

27 février 2015

Une histoire de tire-bouchon

A Epanomi, en Grèce du Nord, la maison Gerovassiliou consacre un joli musée au... tire-bouchon.

Le tire-bouchon dans tous ses états; le tire-bouchon à travers les âges et les modes, du simple T aux plus sophistiqués.

Ce musée; je l'ai visité avant-hier, à la faveur du Concours International des Vins de Thessalonique.

Une lithographie du début du 20ème siècle a attiré mon regard, je l'ai trouvée à la fois amusante et éducative. Qui n'a pas pesté contre un bouchon récalcitrant? 

IMG_5745.JPG

Ce qui me fait me poser à nouveau la question qui fâche. Quand ceux qui croient gouverner nos habitudes d'achat - je veux dire les importateurs, les distributeurs, les épiciers et les négociants de tout gabarit cesseront ils de choisir à notre place ce qui est bon pour nous, ce que nous aimons vraiment, ce que nous détestons ? 

Jusqu'à quand nous refuseront-ils la modernité, la praticité, la sécurité de la capsule à vis, celle que nos amis Suisses ont acceptée sans esprit de retour?

Qui voudrait encore démarrer sa voiture à la manivelle? Qui voudrait remplir sa cave de charbon? 

Et il nous faut pourtant supporter un bouchage vieux de plusieurs siècles, aussi aléatoire que peu pratique pour l'utilisateur...

00:13 Écrit par Hervé Lalau dans Grèce, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |